[Les livres de P’tit Loup] Extra Mortelle Adèle – Une nuit avec ma baby-sittrice

 

Textes : Mr. Tan
Illsutration : Miss Prickly
Conception des jeux : Franck Girard

 

« Adèle est gardée par sa baby-sitter durant toute une longue soirée. La guerre est déclarée, donnant le prétexte à des jeux hilarants, fous et décalés… à l’image de votre héroïne préférée ! Des jeux, des pliages, des découpages à la façon d’Adèle : fabriquer son four micro-ondes en papier (sans oublier Ajax… dedans), transformer Jade, sa poupée en papier en monstre zombie… »

 

 

Si vous ne connaissez pas Adèle, des présentations s’imposent. Adèle n’a rien de la gentille petite fille sage, oh non !!  Dotée d’un humour noir décapant et détestant à peu près tout ce qu’une enfant de son âge adore normalement, elle fait le désespoir de ses parents qui ne savent plus trop quoi faire face à une enfant qui rêve de faire exploser l’école à coup de nitroglycérine, menace ses camarades de les torturer, envisage de mettre le chat au micro-ondes assez régulièrement et j’en passe…

Je vous recommande d’ailleurs vivement de découvrir les albums de cette demoiselle, c’est franchement désopilant (voir mes articles ici et ici )

Ici, on décline les aventures d’Adèle à travers un livre jeux . Ses parents sortent et prennent une baby-sitter. Après quelques recommandations d’usage comme : interdiction de disséquer, faire des mélanges explosifs, ou tout autre chose qui impliquerait l’intervention des pompiers, ils finissent par partir ayant eu la promesse de leur fille qu’elle n’utiliserait ni sa catapulte ni son lance-flammes contre la jeune fille…cependant ils n’ont rien dit sur le fait de la faire tourner en bourrique 😉

Et nous passons donc la soirée avec Adèle et Julia à travers des histoires et des BD,  ainsi qu’une centaines de jeux qui ont pour but de s’assurer que cette dernière ne remette jamais  les pieds dans la maison : grilles de mots, différences, papertoys ou labyrinthe)

 

Voici un carnet de jeux absolument « mortel » , du pur Adèle. Pour mon P’tit Loup qui a découvert il y’a quelques mois à peine la demoiselle, mais l’adore déjà, c’est vraiment excellent. Il est très fan de cet univers, cet humour noir qui caractérise notre héroïne.  Je pense qu’elle  va nous suivre un bon moment !

 

Publicités

Motel Lorraine – Brigitte Pilote

 

Fuyant le Canada,  Sonia s’installe avec ses deux filles au Motel Lorraine à Memphis en plein festival du coton, dans la seule chambre encore disponible dans la ville : celle qui a vu Martin Luter King se faire assassiner presque une décennie plus tôt et qui reste depuis inoccupée. Vivant de quelques maigres revenus obtenus en disant la bonne aventure, elle reste cloîtrée dans sa chambre, coincé par son corps obèse et un diabète handicapant. Ses filles, très différentes l’une de l’autre, tentent de trouver leur place et rêvent elles aussi d’un nouveau départ.

 

Dans ce petit roman polyphonique, nous croisons une foule de personnages qui on tous un lien plus ou moins serré avec le Motel Lorraine. Clients, femme de chambre, voisins gravitent autour de ce lieu tristement connu dans une région encore marquée par la ségrégation et son passé esclavagiste en cette fin des années 70.

Sonia a fui le Canada, on ne sait trop pourquoi emmenant dans son sillage ses deux filles, Louisiane et Georgia. Obèse et malade, elle gagne trois sous en lisant les cartes depuis sa chambre d’hôtel. Louisiane, par contradiction s’affame et rêve d’indépendance en côtoyant Lonzie, ancien taulard devenu assistant du photographe chargé de trouver la nouvelle « reine » du festival du coton. Peu importe, tant qu’elle peut s’éloigner de sa mère et regarder la télévision. Georgia, la plus jeune, est une enfant joyeuse, qui adore chanter. C’est naturellement vers une chorale qu’elle va se tourner pour occuper ses journées, espérant pouvoir chanter au fameux récital de Brown Chapel Church.

Jacqueline est femme de chambre, depuis toujours. Elle connait parfaitement le Motel Lorraine dont elle est quelque part la mémoire. Elle s’attache aux petites et c’est essentiellement par elle que nous découvrons l’historique de ce lieu.

 

Petit roman donc, construit en cours chapitres faisant alterner les protagonistes et les flashs-back, et nous amenant petit à petit à comprendre l’intrigue. On navigue entre l’époque où le Pasteur King s’est fait tuer et le même lieu 10 ans plus tard. La place du festival du coton et du récital est primordiale dans le récit .

J’ai bien aimé l’histoire, l’Histoire dans l’histoire, ainsi que certains personnages, mais malheureusement je n’ai pas réussi à m’y installer. Je pense que j’en aurais aimé plus. Il y’a beaucoup de personnages qui ont tous une place importante dans le récit car ce sont leurs destins entremêlés qui en font la trame. Même le plus secondaire d’entre eux a son importance et j’ai eu l’impression d’avoir trop d’informations sur trop peu de pages, qu’on passait de l’un à l’autre sans s’y intéresser à fond. De même pour les sujets abordés, tous très intéressants mais finalement pas assez développés à mon goût. J’adore les romans chorale et je pense que celui ci aurait eu matière à le devenir.

Une lecture mitigée dont j’espérais un peu plus ( en quantité) mais dont l’ambiance et les personnages atypiques ont su me conquérir et la fin me surprendre. Parfait si vous aimez ce style, et les romans courts.

 

[Jeunesse/YA] Power Club T1 : L’apprentissage – Alain Gagnol

 

Dès 13 ans

 

En cette année 2038, Anna vient de fêter ses 17 ans et ses richissimes parents ont décidé de lui faire une belle surprise : un bon d’adhésion pour le Power Club !!!

D’abord un peu retissante elle accepte finalement de tenter l’aventure et devenir une Super héroïne !

 

 

Dans un avenir assez proche, nous découvrons que la technologie a tellement évolué qu’il est désormais possible de devenir un super héros grâce… à une simple injection et surtout un gros chèque ! On est loin de la piqûre d’araignée accidentelle de Peter Parker ou de l’alien Clark Kent !!

Le Power club est composé de plusieurs jeunes gens aux super pouvoirs qui aident à maintenir l’ordre. Le principe : recevoir artificiellement des boosters, devenir donc invincible et accepter de les rendre à l’age de 25 ans (car au-delà, le risque de développer des cancers est multiplié par 1000)

S’ils aident effectivement au maintien de l’ordre, il ne faut pas oublier que la société qui gère cela ne vit pas d’amour et d’eau fraiche….loin de là et les membres du Power Club sont de parfaites affiches publicitaires. Alors quand la jolie roue se grippe juste au moment de l’arrivée d’Anna, et que l’un des membres est retrouvé mort (ce qui devrait être impossible), il faut trouver rapidement une réponse …discrètement . Or Anna entend par hasard des choses qu’elle n’aurait jamais du savoir…

Elle se pose forcément des questions, que c’est-il réellement passé ? Et qui est Matthew Banks, celui qui a refusé de rendre ses boosters ??? Le joli monde des Super Héros est loin d’être aussi parfait que veut bien laisser croire la com. d’Elisabeth Foster, directrice du Power Club..

 

Après un démarrage de ma lecture plutôt mitigé :  l’intérêt soudain d’Anna pour le Power Club qu’elle semblait mépriser ou du moins se désintéresser dès que ses parents lui offre m’a un peu agacé. Cependant, sa personnalité est très attachante et j’ai vite mis de côté ce petit détail. L’intrigue se passe dans un futur assez proche, suffisamment proche pour qu’on y ait des repères mais suffisamment éloigné pour y insérer des technologies improbables aujourd’hui.

Ce qui me plaît pas mal, c’est que pour une fois nous avons une adolescente dont les parents sont certes extrêmement riches, mais pour autant très proches de leurs enfants . On est loin du cliché milliardaires = parents absents/démissionnaires/enfants élevés par des nounous ou livrés à eux même avec une collection de cartes de crédits. Anna d’ailleurs se préoccupe beaucoup de ce qu’ils peuvent penser et prend bien soin de rester un modèle pour son petit frère. La séparation d’avec sa meilleure amie est très difficile et elle reste en contact malgré un emploi du temps très chargé.

Ce premier tome comme son nom l’indique est celui de l’apprentissage. Anna doit se faire à ses pouvoirs mais également à sa nouvelle vie. On se rend vite compte que la jolie image télévisuelle n’est pas totalement réelle. Un peu comme dans toutes les émissions de télé réalité finalement.

Anna n’est pas parfaite, elle ne prend pas forcément toujours les bonnes décisions, mais tant mieux, elle serait insipide. C’est une adolescente intelligente et sensible et qui aura le courage d’aller au bout de ses convictions.

 

Le roman se lit très vite, l’intrigue est sympa et la fin laisse présager une suite étonnante que j’ai très envie de découvrir. Une série qui devrait plaire, même si on est pas fan des Super Héros .

 

https://mutietseslivres.com/2017/10/01/challenge-jeunesse-young-adult-7/

Challenge Jeunesse/Young Adult #7

 

 

Après avoir lamentablement échoué au challenge #6 (et pourtant j’ai beaucoup lu, mais très peu, trop peu, fait de chroniques, et en plus j’avais raté le début d’au moins 3 mois donc ça n’arrange rien), je ne m’avoue pas vaincue. Vu que j’aime ce challenge, que la moitié de mes lectures sont du Jeunesse/YA et bien je me réinscris pour cette année.

 

Je choisis la première catégorie (soyons raisonnables) : Aux frontières du rêve  soit 10 livres avant le 30 septembre 2018.

 

Rendez vous sur le blog de Muti pour tous les détails !!! Rejoignez nous !

 

 

[Les livres de P’tit Loup] Kididoc – Versailles

.

.

Dès 6 ans 

.

Texte : Sylvie Baussier

Illustrations : Clotka

 

.

.

« Pour découvrir la vie de la cour à l’époque de Louis XIV !

.
– Combien de pièces compte le château de Versailles ?
– Qui a créé les jardins de Versailles ?
– Comment être à la mode à la cour ?
– À quel jeu joue-t-on durant les soirées d’appartement du roi ?
– Une dernière double pages sur Marie-Antoinette en bergère dans son hameau. »
 .
 .
Voici un petit album pop-ups, entièrement consacré à Versailles. Je vous l’ai déjà dit auparavant, c’est dans cette ville que j’ai grandi et j’ai toujours gardé un certaine fascination pour le château, les jardins et l’Histoire autour de ceux-ci.
.
Il se compose de plusieurs parties qui décrivent le Château, les jardins, ou la vie à la cour. Fenêtres, rabats ou pop-up, agrémentent cet album. On y trouve également des quizz, des jeux, une frise racontant une journée de Louis XIV ou de le Nôtre son jardinier.
On découvre aussi tous les dessous : personnel, jardiniers, serviteurs…. ainsi qu’un certain nombre de petits secrets propres à la cour.
 .
Encore une fois, je dois dire que je ne suis pas déçue par Kididoc.  Celui ci est assez adapté aux nouveaux petits lecteurs. Ils peuvent découvrir le Château de Versailles ainsi que la vie sur place grâce à des explications courtes et simples, une multitude d’éléments ludiques à tourner, soulever etc…
J’ai pris particulièrement plaisir à le faire découvrira mon P’tit Loup . Prochaine étape : je l’emmène le visiter, en vrai 😉
.
.
.
 

Le souffle des feuilles et des promesses – Sarah McCoy

 

 

Hallie Erminie Rives est née et a grandi dans la plantation de tabac familiale de Post Oak dans le Kentucky. Jeune femme brillante au fort caractère, elle décide de se lancer dans la littérature et écrit son premier roman. Elle se rend à New York pour trouver une maison d’édition et c’est au monument de renoncer qu’un éditeur emballé lui fait signer un contrat. Elle y rencontre également un jeune journaliste, Post Weeler avec qui le courant passe immédiatement : intelligent, féru de littérature, ce pourrait être le compagnon idéal s’il n’ait pas la mauvaise habitude de disparaître sans crier gare. Vies en chassé croisé de deux jeunes intellectuels du début du 20eme siècle, dans une Amérique qui garde encore quelques stigmates de la Guerre de Sécession.

 

J’avais lu et beaucoup apprécié le précédent roman de Sarah McCoy Un parfum d’encre et de liberté et c’est donc avec un très grand plaisir que je me suis plongée dans ce dernier. Cette fois, pas d’aller-retour entre le passé et l’époque contemporaine mais une biographie romancée de l’auteur Hallie Erminie Rives et du journaliste Post Wheeler. Honnêtement je ne connaissais pas du tout ces deux personnages mais il semblerait qu’ils aient marqué leur époque.

Hallie a grandi dans le Sud des Etats Unis. C’est un personnage au caractère bien affirmé qui se donne les moyens de réussir ce qu’elle entreprend. Soutenue par sa famille, elle se lance dans une carrière d’écrivain et fini par obtenir un certain succès. Sa rencontre avec le journaliste Post Wheeler, avec lequel elle s’entend à merveille mais qui manque quelque peu de stabilité, va a la fois la frustrer profondément mais également l’inspirer pour écrire.  Dans ce roman à deux voix (on alterne entre Hallie et Post) on découvre la vie plutôt romanesque bien que tout à fait réelle de ces deux personnages. Lui s’en va en Alaska, puis devient chercheur d’or avant de revenir à New York et dans le milieu de l’édition. Elle, voyage au gré de son inspiration et de ses recherches, écrivant plusieurs romans à succès dont les sujets firent beaucoup parler.

J’ai plutôt bien aimé ce roman avec lequel j’ai passé un bon moment, mais j’ai préféré le précédent. On reste tout de même dans le roman historique, genre que j’aime beaucoup, mais ici pas d’aller retour entre le présent et le passé comme je le disais plus haut, ni de parallèle entre des héroïnes de maintenant et jadis. On découvre le monde de l’édition de l’époque et comment déjà les médias pouvaient s’immiscer dans la vie privée des auteurs, interprétant à leur guise leurs faits et gestes. On découvre également comment un roman peut parfois échapper à son auteur.

J’ai particulièrement apprécié Hallie Erminie, son courage et sa détermination dans un milieu si masculin et misogyne qui n’est pas des plus simple. Elle se donne les moyens, c’est une femme vraiment très moderne pour son époque.

J’avoue que Post m’a un peu agacé par sa façon de ne jamais dire les choses. Une forme de pudeur sans doute mais quand on est face à un tempérament tel que celui d’Hallie, il ne faut pas hésiter à se botter un peu les fesses.

Sinon, encore une fois Sarah McCoy fait la part belle aux femmes. Que se soit son héroïne ou celles qu’elle côtoie. Certaines sont très modernes pour leur époque elles aussi. J’ai d’ailleurs particulièrement aimé Cora Potter ainsi que la mère de Post.

 

Voila, donc un roman qui se lit facilement, parfait si vous aimez les histoires qui s’inscrivent dans une époque, une biographie romancée parfaite pour l’été, sortie en avant première en France.

[Jeunesse/YA] Emmy & Oliver – Robin Benway

Nathan – 448 pages

 

 

Emmy et Oliver sont amis depuis toujours, inséparables depuis leur naissance, le 7 juillet 2007. Avec Caro et Drew ils formaient un groupe unis jusqu’au terrible jour où Oliver est enlevé par son père. Pour sa mère, pour Emmy, mais également pour tout le voisinage, c’est un véritable cataclysme dont personne ne sortira indemne.

10 ans plus tard, Oliver est retrouvé et rentre chez sa mère ..mais rien de peut redevenir comme avant, pour personne , évidemment….

 

 

Difficile d’imaginer cette situation : votre meilleur ami a été enlevé par son propre père, ce père que vous connaissiez bien, qui était un ami de la famille. Comment comprendre les histoires de séparations d’adultes quand on a que 7 ans ? Ce que l’on comprend surtout c’est qu’on ne reverra probablement plus jamais son meilleur ami et que la vie va devenir un peu plus compliquée.

Ce roman parle de disparition, de kidnapping d’un enfant par l’un des parents après une séparation difficile. On y découvre les point de vues de chaque protagoniste : Oliver bien sur, ses parents, mai aussi les voisins et ses amis car cette histoire touche forcement tout l’entourage.

Après la disparition d’Oliver, Maureen sa mère a refusé de déménager, espérant qu’il pourrait revenir, qu’elle devait être là pour son retour car c’est ici qu’il la chercherait. Maureen, Emmy l’a vu pleurer toutes les larmes de son corps dans les bras de ses parents, elle l’a vu affronter cette terrible dépression et cette angoisse permanente. Elle a vu comment cette situation avait d’elle même rendu ses parents craintifs et surprotecteurs…On peut le comprendre et en grandissant Emmy le comprend elle aussi. Mais une adolescente a besoin d’un peu plus de liberté. Elle se débrouille comme elle peut pour parvenir à faire ce qu’elle aime sans que ses parents le sachent. Pas pour les ennuyer mais simplement pour qu’ils ne s’inquiètent pas plus qu’il ne faudrait. Sa passion n’est pas sans danger.

Et puis un beau jour Oliver revient…mais peuvent-ils reprendre leur amitié là où ils l’avaient laissée ? Emmy, Caro et Drew ont grandi avec le manque de leur ami, mais ils ont également évolué depuis 10 ans. Caro est la petite dernière de la famille, totalement livrée à elle même, à l’opposé d’Emmy. Drew a fait son coming-out et vit sa première histoire.

Pour Oliver, le retour est aussi difficile que le départ. Il s’en veut terriblement et a du mal à retrouver sa place. Heureusement avec l’aide d’Emmy il va réussir peu à peu remettre les choses à plat, non sans douleur, rien ne pourra effacer ces dernières années.

C’est un roman qui m’a beaucoup touché malgré une ou deux incohérences et qui devrait beaucoup plaire. Je trouve que l’auteur a su particulièrement décrire le ressenti de chacun. Les personnages, adultes, ados,  sont tous touchants chacun à leur manière. J’ai pu me mettre dans leur peau et les comprendre autour d’un sujet délicat que je n’ai pas l’habitude de croiser. J’ai passé un excellent moment en leur compagnie et je les ai quittés avec un petit pincement, leur souhaitant à tous le meilleur pour la suite.