[Les livres de P’tit Loup] La Vérité Vraie sur les Pirates

 

 

 

Dès 5 ans 

Auteur : Alan Snow

 

 

 

« Quelles étaient les qualités indispensables pour devenir un pirate ? De quoi les corsaires se nourrissaient-ils ? Qui étaient les pirates les plus connus ? Un album drôle, mi-documentaire, mi-fiction qui répond à toutes les questions que l’on se pose forcément sur la vie de pirate ! »

 

Nous avions découvert l’univers d’Alan Snow dans le drolissime  » La vérité vraie sur les dinosaures« , c’est donc avec grand plaisir que nous nous sommes plongés dans cet album consacré aux pirates !

Dans cet album, Alan Snow nous emmène donc à la découverte de la vie des Pirates, en nous faisant suivre l’expérience d’un petit passager clandestin avide d’aventures qui deviendra lui même un grand Pirate. Traité comme un documentaire, on apprend ce qu’était la vie au quotidien sur son bateau, avec descriptions en règles. C’est à la foi instructif car l’auteur nous donne de vraies informations sur le déroulement d’une journée, ce qu’ils mangent, leurs armes… mais aussi totalement loufoque quand il part dans des descriptions sur comment faire face à un monstre marin par exemple. Chaque thème est agrémenté d’illustrations souvent très drôles .

C’est cet humour qui fait encore une fois la réussite de l’album selon moi. Les illustrations comprennent nombres de petites remarques faites par les personnages qu’il faut prendre le temps de regarder.

 

Un album que nous aimons beaucoup à la maison car il change un peu des documentaires classiques. Mon P’tit Loup comprend de mieux en mieux les différents niveaux de lecture et apprécie l’humour de ce genre. Et quant à moi je suis totalement fan, je pense que vous l’avez compris.

Bon on vous laisse, on a une carte au trésor à déchiffrer😉

 

IMG_0602 IMG_0603 IMG_0604

Challenge Jeunesse/Young adult #6

cof

 

Ouuupss…j’ai oublié de me réinscrire !!!

J’avais terminé le Challenge #5 il y  quelques mois dans la Catégorie 1 ( 10 livres) et je savais que je ne parviendrais pas a lire 10 livre de plus pour la fin du challenge, donc je m’étais arrêtée là…. Bilan j’ai totalement oublié la date de redémarrage (1er Octobre !) Shame on me…surtout que j’ai publié des revues depuis cette date… Bref tout va mieux.

Revoici les catégories :

• Catégorie 1 : Aux frontières du rêve => Au moins 10 ouvrages
• Catégorie 2 : Badine avec les royaumes de l’enfance => Au moins 20 ouvrages
• Catégorie 3 : À pieds joints dans la marelle => Au moins 35 ouvrages
• Catégorie 4 : À su garder son cœur de mioche => Au moins 50 ouvrages
• Catégorie 5 : Peter Pan dans l’âme => Au moins 65 ouvrages
• Catégorie 6 : Au pays des mille et un livres => Au moins 80 ouvrages
• Catégorie 7 : Vit dans un conte de fées => 100 et plus (pour les livrovores)

 

Heureusement on a jusqu’au 31 décembre pour s’inscrire donc il n’est pas trop tard. Je choisis une nouvelle fois la Catégorie 1 : Aux frontières du rêves . Le challenge cours jusqu’au 30 septembre 2017.

Toutes les infos, règles etc sont sur le blog de Muti .

La couleur du lait – Nell Leyshon

10-18 - 192 pages

10-18 – 192 pages

 

Mary a 15 ans et en cette année 1831, elle est envoyée par son père, un homme violent et peu compréhensif, chez le Pasteur Graham afin d’y gagner un peu d’argent en tenant compagnie à sa femme. Elle quitte à regret la ferme familiale et surtout son grand-père adoré et s’installe donc à quelques kilomètres de là. Les premiers temps sont difficiles, elle n’oublie pas de dire qu’elle est là contre son gré. Mais la douceur de Madame Graham et l’empathie qu’elle suscite lui permet de tenir. Le pasteur se prend d’affection pour elle également et lui propose de lui apprendre à lire et à écrire… c’est donc Mary qui nous raconte ici son histoire.

 

 

Mary est la petite dernière de la famille, 4ème enfant, 4ème fille : ses cheveux sont « couleur de lait » et elle souffre d’un handicap à la jambe. Ses parents ne sont pas très fortunés et  n’ont jamais envoyés leurs filles à l’école, ayant trop besoin de la main d’oeuvre qu’elles apportent. Mary étant légèrement moins productive que ses soeurs selon son père, il accepte la proposition bien opportune du pasteur Graham qui cherche une personne pour tenir compagnie à sa femme souffrante. Mary se retrouve donc dans la confortable maison du couple, bien qu’elle aurait largement préféré rester chez elle auprès de son grand-père, seule personne avec laquelle elle peut vraiment discuter, mais également seule personne qui semble lui porter ouvertement de l’affection.

Les premiers jours sont difficiles pour Mary. Elle doit s’habituer aux habitudes de la maison. Sa relation avec Edna, déjà au service de Graham depuis longtemps, met un peu de temps à se construire. Elle ne voit pas forcément d’un bon oeil l’arrivée de la nouvelle.  Les jours passent et Mary se fait à son destin, les relations avec Edna s’apaisent. La famille Graham est plutôt bienveillante dans l’ensemble, seul le fils lui déplaît . Trop égoïste et immature. Mais surtout, le pasteur lui apprend à lire et écrire…une révélation.

Un triste événement va remettre en cause ce fragile équilibre et la vie de Mary change du tout au tout. Mais elle veut continuer à s’instruire…qu’est elle prête à accepter pour y parvenir?

 

Le livre se déroule sur une année, les parties se découpent en saisons et nous suivons Mary d’un printemps à l’autre. Le style est très particulier car c’est véritablement Mary qui écrit. Pas de majuscules, ponctuation fantaisiste, retranscriptions littérales de dialogues…on mesure ainsi véritablement l’énorme travail d’apprentissage pour celle qui partait de rien et a réussi en quelques mois, même semaines, à produire son récit. Il faut dire qu’il était sans doute important pour elle, vital même je dirais, qu’elle laisse ce témoignage. Et même si ce style est vraiment déroutant au début, il permet de se mettre dans la tête de Mary, véritablement. Ses sentiments et ressentis sont véritables, elle ne triche pas. Elle commence par une promesse qu’elle fait au lecteur…promesse qu’elle tiendra coûte que coûte.

 

J’ai plutôt bien aimé ce roman, très original par son style, mais très prenant. Le personnage de Mary était très « présent » pendant ma lecture, sa voix résonnait dans ma tête comme si elle était là et me racontait son histoire. Un très bon moment de lecture.

 

[Jeunesse] Au pays de l’Ailleurs – Tahereh Mafi

 

Alice est une petite fille de 12 ans qui a la particularité d’être incolore alors qu’elle vit dans une ville où ces dernières foisonnent. Son père a disparu il y a plus de trois ans et c’est donc avec un mélange de curiosité mais également de doute qu’elle accepte de partir à sa recherche avec son ennemi de toujours Oliver. Ce dernier sait où il se trouve mais l’aventure est périlleuse car il faut se rendre au Pays de l’Ailleurs… Ce pays ou rien n’est comme il y parait, remplie de règles très précises et où on peut se retrouver bloqué à tout jamais au moindre faux pas….

 

 

J’avais beaucoup entendu parler de Tahereh Mafi avec sa saga Insaisissable ( toujours dans ma PAL V.O au passage…) et j’ai été curieuse de découvrir celui ci car il me paraissait totalement différent…. J’ai attendu quelques temps pour le chroniquer afin de le « digérer » un peu car quand je l’ai fermé j’étais incapable de dire si j’avais aimé ou non… Bon point quand même, je l’ai terminé. Oui, car désormais je ne me force plus à finir un livre. Soit je le repose définitivement, soit je le replace dans ma PAL pour un nouvel essai dans quelques mois si je me rends compte que c’est juste un problème de mauvais timing. J’ai en effet trop de choses en attente pour perdre du temps sur un livre qui ne m’enchante pas.

Donc à la dernière page, j’étais un peu sur la réserve, mais le personnage d’Alice m’a plu. Un petit truc que je ne saurais vraiment définir mais voilà. Par contre appeler son personnage principal Alice, la faire évoluer dans un monde imaginaire, courir après un animal mystérieux…. impossible de ne pas penser à Alice aux Pays des Merveilles. Là franchement le pari était vraiment osé, on frise le crime de lèse-majesté… J’ai donc essayé de faire abstraction pour ne retenir que le positif .

C’est donc l’histoire d’une petite fille qui est toujours passée inaperçue car elle est incolore dans un monde au contraire très coloré. Son père a disparu et la vie à la maison est devenue très compliquée. Alors qu’elle se prépare à fêter son 12eme anniversaire et à faire sa « Présentation » (où elle doit montrer un don et comment elle l’utilise afin de se voir remettre une mission), son ancien ennemi juré Oliver vient la voir et lui dévoile qu’il sait où se trouve son père. Il a besoin d’elle pour le retrouver… S’en suit une virée fantastique au Pays de l’Ailleurs, peuplé de personnages étranges et parfois même dangereux .

 

C’est un conte adressé à mon avis à un jeune lectorat. Alice est à la recherche de son père qui était le seul à lui porter de l’intérêt, mais quelque part, d’elle même aussi. Les univers sont un peu étranges, et j’ai l’impression d’être passée à côté de quelque chose. Evidemment il y a une sorte de morale à la fin, comme souvent dans les contes.

Voilà, mon avis est très mitigé, mes yeux d’adulte peut être. Avec le recul je dirais que c’était pas mal mais je serais curieuse d’avoir l’avis d’un jeune lecteur qui pourrait plonger dedans sans a priori.

 

[Les livres de P’tit Loup] Mon grand livre de dessins, gribouillages et coloriages

 

 

Dès 6 ans

 

Auteur : Fiona Watt

Illustrateurs : Erica Harrison et Katie Lovell

 

 

 » Tu trouveras dans ce GRAND livre une foule de choses à dessiner, à gribouiller et à colorier »

 

 

Voici un ENORME cahier de coloriage !!! Et il est plein de surprises. Comme son titre l’indique on peut tout aussi bien laisser libre cours à son imagination en dessinant, suivre un modèle en coloriant ou s’amuser en gribouillant.

Il y a régulièrement des indications sur ce qu’il faut faire, mais rien n’est vraiment imposé.

On y trouve un nombre hallucinant de projets, tous vraiment très sympas . J’avoue que je pense bien piquer ce recueil à mon P’tit Loup de temps à autre car j’adore colorier les dessins type mandala. Lui évidement il adore, car il peut passer du coloriage au graphisme, nous faire deux trois monstres en passant .

Petit plus non  négligeable : l’épaisseur des pages. Au moins ici, pas de transfère de couleur sur l’envers qui gâche la page suivante.

Encore une fois, Usborne a réussi son coup. Bientôt mon argumentation se limitera à : prends c’est du Usborne !! A acheter les yeux fermés donc (heu par contre c’est un TRES gros cahier de coloriage, donc une activité à privilégier à la maison)

 

DSCF9027 DSCF9028 DSCF9029

Zona Frigida – Anne B. Ragde

10-18 - 356 pages

10-18 – 356 pages

 

Béa, 35 ans, est une célibataire portée sur la cigarette et l’alcool, et caricaturiste plutôt douée. Toujours fauchée, elle vit dans l’instant, refuse de s’engager et de penser à plus tard. Elle se prépare à partir en vacances, une croisière au Spitzberg autrement appelée Zona Frigida : en un mot la banquise ! Tout un programme. En quête de quelque chose qui nous échappe, la tension monte dans ce huis-clos glacial où chaque participant semble cacher quelque chose.

 

J’avais découvert Anne B.Ragde avec sa trilogie des Neshov. Romans très particuliers que j’avais adoré. Depuis j’hésitais à lire ses autres romans, mais on m’ a récemment conseillé celui-ci donc je me suis lancée. Et j’ai été plutôt contente en me rendant compte qu’un fois encore l’auteur parvient à m’emmener totalement dans son univers et que j’aime toujours autant sa plume.

Lorsque Béa nous présente ses futures vacances, on a de quoi être sceptique quant à ses motivations, puisque visiblement ce qui lui importe le plus est de pouvoir s’y saouler sans modération….Oui car Béa boit, énormément. Impossible pour elle de se coucher sans s’assommer d’alcool. On comprend vite qu’elle tente d’oublier un souvenir très douloureux. Mais cela ne l’empêche pas de travailler, très bien même. Caricaturiste de talent, elle a très régulièrement du travail ce qui lui permet de vivre décemment, bien qu’elle claque son argent comme si demain était le dernier jour. Peu d’ami, des amants auxquels elle ne s’attache jamais et un oiseau  nommé « Andersen » qui est au centre de sa vie, font de ce personnage une personnalité atypique. Mais le Spiztberg…, vraiment ??

Sur le bateau, tous les passagers et membres d’équipages  sont assez particuliers. Très vite on se demande s’ils sont tous là par hasard et ce que cache en réalité ce voyage. J’ai donc imaginé évidemment plusieurs scénarios mais c’est sans compter sur l’effet de surprise ! Bizarrement ce que j’aurais pu prendre pour le dénouement se passe en fait au milieu de roman… et bien peu importe, malgré la fin du suspense ( enfin d’une partie du suspense en fait), impossible de le lâcher car l’histoire est loin d’être terminée, elle.

Parallèlement on se retrouve magnifiquement plongé au coeur des fjords, au milieu des phoques et des ours polaires grâce à la plume d’Anne B. Ragde

Bref un roman atypique dans les grands froids norvégiens ou se mêlent huis-clos, trahison, vengeance, mort, animaux sauvages et environnement… Si vous aimez la littérature scandinave ou si vous souhaitez la découvrir, laissez vous tenter !

[Jeunesse/YA] Le détour – S.A. Bodeen

 

 

Livvy Flynn est déjà à 17 ans un auteur à succès. Sa trilogie sur les sorcières fait partie des meilleures ventes des derniers mois, l’entraînant dans un tourbillon de dédicaces, interviews et ateliers d’écritures qu’elle tient absolument à honorer. C’est en se rendant à un de ces stages qu’elle se perd et que surprise par un élément inattendu, elle perd le contrôle de sa voiture. A son réveil, elle se rend compte que les personne qui l’ont secouru, loin d’avoir appelé les secours comme ils le prétendent, la retiennent en fait prisonnière…

 

 

J’étais à la fois très curieuse de lire ce roman, mais également un peu sur la réserve de part son sujet qui ressemble quand même d’assez près à Misery de Stephen King… or la comparaison peut desservir, on parle quand même d’un monument !

Mais finalement ça a été, on est plutôt dans l’hommage et j’ai plutôt bien apprécié ma lecture.

Dans les toutes premières pages, j’avoue que je me suis prise à détester Livvy que je trouvais superficielle et imbue de sa personne. Mais c’était sans connaître son passé, son histoire que nous découvrons au cours d’une sorte d’introspection pendant sa séquestration et qui explique beaucoup de choses, adoucissant mon  jugement.  Les deux femmes lui en veulent…énormément, veulent qu’elle s’excuse ; mais Livvy ne sait pas pourquoi et la santé mentale de la petite lui fait craindre le pire. Elle a l’air folle à lier. Livvy repense à tous les livres ou films qu’elle a pu voir afin de tenter de s’échapper sans commettre les erreurs des protagonistes… pas si facile.

Il y a un vrai suspense et l’intrigue est plutôt bien menée . Le dénouement ne m’a pas totalement surprise, mais je dois quand même dire que j’ai quelque fois douté de mes impressions.

Donc après un début mitigé,  je me suis prise à bien apprécier Livvy. Comment ne pas ressentir d’empathie pour cette jeune fille qui est finalement terriblement seule. Cependant, l’épilogue me laisse un peu dubitative…bonne fois ou non, ma première impression était elle finalement la bonne ou étais-je complètement à côté de la plaque ? A vous de vous faire votre propre avis.

J’ajouterais également que j’ai rarement eu l’occasion de lire des thrillers Young adults, et que celui là est plutôt pas mal fait du tout. Je le recommande aux jeunes lecteurs qui voudraient s’essayer au genre sans entrer dans le trop sanglant ou trop psychologique.