Les jonquilles de Green Park – Jérôme Attal

Pocket – 190 pages

 

« Si la guerre doit durer une éternité, je voudrais juste pouvoir vivre jusqu’au mois d’avril. Pour voir, une fois encore, les jonquilles de Green Park. Elles se tiennent ensemble, chaque saison. Belles et fières dans le vent puissant et douloureux d’avril. Comme nous autres en ce moment. »

 

 

 

Tommy, 13 ans, vit à Londres avec sa famille en cet hiver 1940. En plein Blitz, la vie continue malgré tout. Il vit avec ses parents et sa soeur un quotidien rythmé par les alertes .

A l’approche de Noël, les bombes tombent de plus en plus nombreuses sur Londres et ses habitants tentent de conserver leurs habitudes .

Pour Tommy, l’espoir ultime est de vivre au moins jusque’ au printemps pour revoir fleurir les jonquilles de Green Park qui illumineront le regard de Mila Jacobson.

 

 

C’est amusant de voir comme souvent je lis des livres aux contextes proches de façon rapproché, sans l’avoir prémédité. Juste après La Voleuse de Livres, j’ai entamé ce petit roman qui se passe à la même période, mais en Angleterre cette fois ci. Force est de constater que dans les yeux des enfants, que vous soyez d’un côté ou d’un autre, votre quotidien est extrêmement similaire quand vous vivez sous les bombes.

 

Nous sommes en pleine seconde guerre mondiale, au coeur de Londres régulièrement bombardée par les Allemands. Et c’est à travers les yeux de Tommy, 13 ans, que nous découvrons cette histoire. Dans la famille Bradford, on ne se laisse pas abattre. Noël approche et il est hors de question de ne pas le fêter. Maman file tous les jours à l’autre bout de la ville pour travailler à l’usine de fabrication d’ampoules électriques. Papa est une sorte d’inventeur/chercheur un peu loufoque. Il peut s’enfermer une semaine dans la cuisine (et donc en bloquer l’accès) afin de retrouver la recette de la mousse au chocolat de son enfance. Son dernier projet est un tatou/tank géant qui permettrait de protéger tous les enfants de Londres des bombes… Audacieux , mais personne ne le prend au sérieux.

Tommy a une grande soeur, Jenny. Elle plaît beaucoup à ses copains et aux garçons en général, qui viennent régulièrement lui rendre visite . Mais elle n’a d’yeux que pour … Clark Gable. Et la rumeur persistante qu’il se ferait soigner à St Thomas’ Hospital n’est pas étranger à sa soudaine vocation d’aide soignante.

 

J’ai vraiment beaucoup aimé ce petit roman, car c’est à travers les yeux d’un enfant que le Blitz nous est raconté. Oui les bombes tombent régulièrement sur la ville, emportant parfois des connaissances, mais la vie continue et Tommy du haut de ses 13 ans garde son âme d’enfant. Il joue et rigole avec ses copains comme tous les enfants de son âge. Il dévore les Comics et pense que Churchill les sauvera tel un super-héros de ses albums.

Avec lui on va dans les abris, on court dans Hyde Park, on se défie entre copains, on tente de fuir les vilains garnements cherchant des ennuis, on ne reste pas indifférent à la jolie Mila et on rêve d’être toujours en vie au printemps pour voir fleurir à nouveau les jonquilles de Green Park….

 

Un roman très touchant et tendre ; on a souvent le sourire aux lèvres, parfois les larmes ne sont pas loin mais on passe un très bon moment.  Je le recommande à tous, particulièrement aux adolescents qui devraient apprécier ce point de vue.

 

Publicités

[Jeunesse] Chasseurs de livres -Jennifer Chambliss Bertman

R Jeunesse – 448 pages

 

 

Emily vient à peine de s’installer à San Francisco avec ses parents et son grand frère, qu’elle découvre par hasard une édition très particulière du Scarabée d’or d’Edgar Allan Poe, derrière une poubelle du métro . Pour cette passionnée du jeu de la « Chasse aux livres », quelle surprise de découvrir que ce dernier pourrait être le point de départ du nouveau défi de son créateur, le fameux éditeur Garrison Griswold, lui même habitant de la ville et qui vient justement d’être agressé . Emily s’amuse alors à tenter de déchiffrer cette nouvelle énigme en avant première avec son voisin James. Mais il semblerait que cet exemplaire attise les convoitises…étonnant pour un jeu qui n’a pas encore été lancé …

 

 

La famille d’Emily déménage souvent, tous les ans en fait. Le but étant de vivre dans chacun des 50 Etats américains . Les parents peuvent travailler de loin et leur blog sur le sujet commence à avoir un joli succès. Jusque là ça n’a jamais été un problème pour Emily. Amoureuse des livres, elle passait son temps à lire et à jouer au fameux jeu en ligne : « la Chasse aux livres ». Il s’agit de cacher des livres en laissant des indices/énigmes aux autres joueurs, et d’essayer d’en trouver par le même système. Le jeu est très populaire et Emily totalement fan de son créateur Garrison Griswold. Ce déménagement a une saveur particulière car San Fransico est justement la ville où il vit. Mais à peu près au moment où la famille arrive, il se fait violemment agresser. Toutes les hypothèses sur son état de santé sont alors évoquées …

Ce même jour, Emily trouve un livre caché derrière une poubelle. Pour elle pas de doute, il s’agit d’un exemplaire du jeu et elle s’empresse de le récupérer en laissant l’habituelle carte des chasseurs. Hors ce livre a été perdu par Griswold lors de son agression, ça Emily ne le sait pas. Mais en habituée des énigmes, elle se rend compte que cet exemplaire n’est pas comme les autres, et c’est avec l’aide de son voisin James qu’elle essaie de renouer l’énigme de ce qui pourrait bien être un nouveau jeu. Elle découvre en même temps les saveurs de l’amitié, que jusque là elle ne connaissait pas vraiment, voir évitait, pour se protéger sans doute.

Elle se lance donc dans la résolution de l’énigme. C’est d’autant plus important pour elle que depuis son agression, plus personne n’a de nouvelle de l’éditeur. Il semblerait que des choses plus graves se trament autour de ce livre. Qui le convoite au point d’envoyer deux gros bras s’attaquer à des enfants ?

 

 

Ce livre est vraiment très sympa et l’énigme bien menée. J’ai beaucoup apprécié le principe car il est relativement réaliste, même si parfois un peu tiré par les cheveux pour mes yeux d’adulte ( mais on s’en fiche je ne suis pas la cible 😉  ). On rencontre des personnages vraiment très attachants, Emily et James bien sur, mais aussi un libraire ou encore un professeur de collège féru de codes secrets. On découvre également San Francisco en suivant les pas de nos héros, et la ville prend une place à part entière dans le récit. Et puis évidement on en apprend sur Edgar Allan Poe ce qui ne gâche rien.

Les amateurs de livres, de chasses aux trésors et autres énigmes devraient se régaler dans ce roman qui fait aussi une large place à l’amitié. J’avoue que je serai bien tentée de lire les prochains tomes lors de leur sortie !

 

 

Catégorie Sport/Loisirs

https://mutietseslivres.com/2017/10/01/challenge-jeunesse-young-adult-7/

Challenge Petit Bac 2017 le bilan , et présentation du challenge 2018 !

 

Voici enfin le bilan du Challenge Petit Bac version 2017, je suis contente de moi puisque j’ai réussi à le terminer (dernière chronique à venir très bientôt , mais livre lu en décembre).

 

PRÉNOM : La vie enfuie de MARTHA K. – Angélique Barbérat

LIEU : Les Chevaliers d’ANTARES  (T1) : Descente aux enfers – Anne Robillard

ANIMAL : A l’HERMINE blanche – Kyra Dupont-Troubetzkoy

OBJET : Les cartographes – Livre 1 : La sentence de VERRE – S.E. Grove

COULEUR : BLUE – La couleur de mes secrets – Camille Pujol

SPORT/LOISIR : CHASSEUR de livres – Jennifer Chambliss Bertman

PERSONNE CÉLÈBRE : HARRY POTTER et l’enfant Maudit – Jack Thorne

ALIMENT / BOISSON : MOUSSELINE la serieuse – Sylvie Yvert

SPHÈRE FAMILIALE : Les FILLES de l’été – Mary Alice Monroe

MORT : Le temps est ASSASSIN – Michel Bussi

GROS MOT (bonus facultatif) : La VOLEUSE de livres – Markus Zusak

11/11

 

Et bien entendu , je me lance de la version 2018 .


 

Voici les catégories de cette année (CC du blog de l’article d’Enna, tous les détails et instructions spécifiques à consulter là bas.) :


PRÉNOM : masculin ou féminin, surnom, diminutif (mais pas nom de famille)


LIEU : réel ou imaginaire ou nationalité … (ville, pays, état, continent, fleuve, mer, lieu naturel, construit, aménagé…, j’accepte « ici » et « là », les pièces et les bâtiments et les nationalités)


ANIMAL : réel ou imaginaire… (de l’insecte au dinosaure en passant par les licornes et les sirènes et les mots associés comme « animal », « bête », « bestiole »…)


OBJET : petits ou gros, du moment qu’ils sont transportables. J’accepte le mot « objet » mais je n’accepte pas « maison » ou « immeuble » par exemple.


COULEUR : Toutes les couleurs que l’on peut trouver dans les catalogues de peintures sont acceptées 😉 et aussi les mots « couleur », « teinte », « nuance », « ombre»…


DÉPLACEMENT/ MOYEN DE TRANSPORT : Tous les verbes de déplacements ou les moyens de transport que ce soit avec le corps ou avec des véhicules.


PASSAGE DU TEMPS  : tout ce qui découpe le temps qui passe (minutes, heures, jours, semaine, mois, année, dates, matin, midi, soir, après-midi, passé, présent, futur, moment, maintenant, avant, après, vie et mort…)


TITRE MOT UNIQUE : le titre ne doit contenir qu’un seul mot ! J’accepte un signe de ponctuation après le mot (point d’exclamation ou d’interrogation, points de suspension) mais pas d’article ni de tiret et je ne prends que les titres sans sous-titre.


MOT POSITIF : un mot qui comme son nom l’indique évoque quelque chose de positif (nom ou adjectifs comme joie, bonheur, amour, beauté, fête, victoire, charmant,  gentillesse, heureux, charmants, aimable…)


ART: tout ce qui a un lien avec l’art (musique, écriture, peinture, cinéma, poésie…) Je prends aussi les noms artistes et de courants (picturaux ou musicaux par exemple). Je prends aussi les objets liés à l’art objets liés à la peinture (pinceaux, atelier, toiles), la photographie (appareil photo, tirage) , la musique (instruments, partition…) etc…


GROS MOT (bonus facultatif) : assez libre puisque j’accepte tout ce qui peut être dit d’un ton insultant ou méprisant… Ça va de « zut », « flûte », « crotte » jusque aux grosses insultes bien vulgaires en passant par des grossièretés plus fleuries à la Capitaine Haddock! Tout ce qui quand c’est dit sur un certain ton peut être insultant.


 

 

Et c’est parti !!!

[Jeunesse] Le Noëlosaure -Tom Fletcher

 

Dès 9 ans

 

« Oubliez tout ce que vous savez sur le pôle Nord. Coupez-vous une généreuse part de pain d’épices, installez-vous au coin du feu, et préparez-vous à rencontrer :

un garçon nommé William Molleroue ;

son père, M. Bob Molleroue ;

le Père Noël (le vrai !) ;

un elfe du nom de Trompnez ;

Brenda Gassante, la fille la plus méchante de l’école (voire du monde entier) ;

un bien vilain bonhomme qui se fait appeler le Chasseur ;

et le dinosaure le moins ordinaire qui soit… »

 

 

Voici le roman jeunesse parfait pour ce Noël. Je  l’ai refermé avec un sourire aux lèvres, c’est une très jolie histoire, originale et magique.

William est un petit garçon qui n’a pas eu de chance. Il a perdu sa maman et est resté paralysé suite à un accident de voiture. Cependant il a un papa terriblement optimiste, un peu original, mais totalement fan de Noël dont il célèbre l’esprit à sa façon tout au long de l’année. Chaque jour qui l’éloigne de Noël, le rapproche du Noël suivant.

William a une passion : les dinosaures…Il les connaît par coeur, sa chambre est remplie de répliques, posters ou livres sur le sujet. Il peut d’ailleurs assouvir sa passion grâce à son papa qui travaille au musée et lui permet de venir autant qu’il le souhaite regarder les squelettes de ces créatures fascinantes.

Cette fin d’année est un peu difficile pour lui car une nouvelle vient d’arriver dans sa classe : Brenda Gassante. Véritable peste, elle fait de William son souffre douleur, éloignant de lui tous ses amis. C’est donc le moral en berne qu’il fait sa lettre au Père Noël Et que demande t’il ?…un dinosaure…

 

A l’autre bout de la planète, du côté du Pôle Nord, nous découvrons le pays du Père Noël avec ses gourmandises et ses lutins chantants. Quelle n’est pas leur surprise lorsqu’ils découvrent un oeuf bizarroïde…d’où sort juste avant Noël : un dinosaure, un vrai !!!! Aussitôt baptisé Noëlosaure il devient la mascotte du Pôle. Mais lui aussi se sent bien seul malgré toute l’attention que lui portent les lutins.

 

Par un fâcheux (ou peut être bien heureux) concours de circonstances le Noëlausore se retrouve dans le salon de William et débute alors une aventure rocambolesque avec un affreux chasseur aigri qui espère depuis des années accrocher la tête d’un rennes magiques du Père Noël sur son mur comme trophée et qui manque s’évanouir de bonheur lorsqu’il découvre l’existence du Noëlausore. S’en suit une course poursuite détonante qui conduira William au delà de ce qu’il aurait pu imaginer.

 

J’ai vraiment beaucoup aimé ce roman. D’abord le livre en lui même est superbe. Les illustrations de Shane Devries sont absolument magnifiques, la typographie ajoute du corps au récit et l’histoire véhicule des bonnes ondes, tout à fait dans l’esprit de Noël sans être « cucul la praline » . De plus Tom Fletcher réussi à mettre des touches d’humour parfaitement dosées soit dans le récit lui même soit en jouant avec les mots.

Alors évidement il y a une morale, le vilain méchant ne s’en tire pas à si bon compte et la fin est un petit peu prévisible, mais qu’importe : j’avais à nouveau l’âge de mon lutin et la magie m’a emportée. J’étais totalement transportée auprès d’eux au milieu de la neige et je peux vous dire que le challenge est difficile vu qu’il fait encore 25 degrés par ici…

Je l’ai bien évidement immédiatement mis dans les mains de mon P’tit Loup grand fan de dinosaures et il adore ! Alors n’hésitez pas offrez le à vos loulous, mais surtout, prenez le temps de le lire vous aussi…

 

 

 

https://mutietseslivres.com/2017/10/01/challenge-jeunesse-young-adult-7/

La voleuse de livres – Markus Zusak

Pocket – 632 pages

 

La première fois que la Mort rencontre Liesel Meminger, c’est lorsqu’elle vient emporter l’âme de son petit frère qui n’a pas survécu à une vilaine toux alors qu’ils se rendaient dans une famille d’accueil près de Munich, leur mère cherchant à les protéger,  nous apprendrons plus tard pourquoi. C’est également à ce moment qu’elle lui donnera le surnom de « La voleuse de livres », quand elle la surprend à dérober le livre du fossoyeur. Elle croisera encore deux fois son chemin, sans la prendre.

Liesel s’installe chez Hans et Rosa Hubermann….non sans difficultés d’adaptation. Ses nuits sont rythmées par un affreux cauchemar où elle voit encore et encore mourir son petit frère.

Nous sommes aux débuts de la deuxième Guerre Mondiale, et Liesel découvre les côtés sombres de l’Allemagne nazie auprès d’un ami aux cheveux citron qui rêve d’être Jesse Owen, d’un père nourricier accordéoniste porteur d’une promesse, d’un juif caché au sous sol, et d’une femme au coeur brisé.

 

 

 

J’ai beaucoup aimé ce roman. J’avoue que je l’avais depuis très longtemps dans ma bibliothèque et que tout le monde m’en disait énormément de bien. Justement… je me méfie toujours.

Le parti pris de choisir la Mort comme narratrice est plutôt étonnant. Mais nous découvrons ici une Mort très éloignée de ce dont nous avons l’habitude dans notre imaginaire. Pas de faux, pas de manteau noir, pas de squelette en guise de corps… cette Mort est plutôt bienveillante, prenant les âmes dans ses bras pour les aider à passer de l’autre côté en douceur. Une Mort qui en a assez de ces guerres, de ces massacres….

Etonnement elle nous dévoile dans les premières pages ce qu’il va se passer et qui elle va venir chercher…c’est un peu particulier.

Nous sommes aux côtés d’allemands qui n’ont pas choisi le nazisme, des gens ordinaires, des familles ordinaires, des résistants aussi à leur manière. On voit bien ainsi que le peuple allemand a pour beaucoup subit la situation et s’il n’a rien dit ou rien fait, c’est tout simplement qu’il n’en avait pas la possibilité, les conséquences sur lui, sur les familles auraient été trop graves. Comment les juger ??? Ils sont autant victimes finalement.

Par les yeux de Liesel, nous suivons l’Histoire dans l’histoire : la nuit de Cristal, les jeunesses hitlériennes, les files de prisonniers juifs conduits au camp de Dachau tout proche et tant d’autres choses encore…

 

Les personnages sont forts, extrêmement forts et touchants. Je m’y suis beaucoup attachée  et ils font de ce roman une véritable réussite.

Liesel d’abord, qui ne comprend pas pourquoi elle est là, dont on se moque car elle ne sait pas lire, mais qui s’en donnera les moyens avec l’aide de son père nourricier, Hans qu’elle appelle désormais Papa. Toutes les nuits elle est réveillée par un terrible cauchemar et toutes les nuits Hans vient la réconforter et reste avec elle. Ensemble ils lisent, Liesel apprend….elle n’hésite pas à voler des livres pour cela, d’où le titre du roman . C’est un homme de parole et il n’hésitera pas à prendre le risque de cacher le fils d’un ami juif avec la complicité de sa femme Rosa. Risque d’autant plus important que son fils est lui même un nazi pur et dur, et que la Gestapo veille.

Rosa, sa mère nourricière, est d’apparence très dure avec elle, la frappant, l’insultant. Mais elle a un véritable coeur d’or. Ces deux là vont petit à petit s’apprivoiser et même si Hans reste le préféré de Liesel, un amour sincère les unit.

Il y a également Rudy, le voisin aux cheveux citron, le parfait petit aryen qui rêve d’être Jesse Owens et qui jure d’embrasser un jour Liesel. Il est son compagnon de jeu, son complice de vol, son ami .

Et puis Max, le boxer qui rêve d’affronter Hitler sur un ring, un juif caché au sous-sol qui lui fera le plus beau des cadeaux en lui écrivant un livre, repeignant en blanc des pages de Mein Kampf…

Il y a pour finir la femme du maire, et son impressionnante bibliothèque de livres ayant appartenu à son fils désormais disparu, qui cherche en Liesel un nouveau souffle.

 

Voilà, c’est un roman très intense où les émotions se bousculent, qui fait monter les larmes parfois, qui donne de l’espoir en l’être humain malgré tout. Un roman à la construction originale : courts chapitres, intervention de la Mort régulièrement comme un témoin des événements  … Un roman qui s’adresse aussi bien aux adultes qu’aux adolescents et qui permet pour une fois d’être au coeur de l’Allemagne, cette Allemagne qui n’avait rien demandé, surtout pas d’être au coeur d’une guerre et d’un effroyable génocide.

Pour les amateurs, un film en a été tiré .

 

Catégorie Gros mot

https://mutietseslivres.com/2017/10/01/challenge-jeunesse-young-adult-7/

[Jeunesse/Young Adult] Darryl Ouvremonde – Oliver Péru

 

 

Darryl est un jeune garçon de 14 ans, un peu particulier. Le jour c’est un lycéen lambda qui vit à Montréal avec son grand frère Sam qui l’élève depuis la mort de leurs parents . Mais la nuit il s’évade dans l’Ouvremonde grâce à une montre-boussole qui lui permet de trouver des Glyphes, sorte de portes spatio-temporelles. Là-bas il y est apprenti journalyste (non pas de faute 😉 ) pour « le Veilleur » aux côtés de son maître Tortup. Plongés au coeur d’une enquête, ce qu’ils vont découvrir est au delà de l’imaginable…

 

 

 

 

Je dois dire que ce roman ne m’a pas laissée indifférente et ce pour plusieurs raisons. D’abord c’est un beau pavé ! Ensuite il est magnifiquement illustré. Plusieurs dessinateurs ont pris part au projet et je dois dire que le rendu est vraiment incroyable . Ça ajoute vraiment un énorme plus, surtout dans les parties de fantasy, de fantastique. Malgré des descriptions très précises, j’apprécie de découvrir en dessins les paysages d’un univers fictif, de ses personnages et ici de ses créatures fantastiques.

Ensuite, il faut savoir que lorsqu’on entre dans ce roman, c’est tout un univers qu’il faut s’approprier. Nous naviguons entre le monde réel (Monde Gris), Kælatt (Ouvremonde) et le monde noir sur lequel règne le Bouc Roy (alias le Diable en personne).

J’ai mis un bon moment (plus d’une semaine) à le lire car l’univers est vraiment très riche et que j’ai pris mon temps . Et aussi parce qu’il fait presque 570 pages, plutôt denses !! Je ne voulais pas louper d’éléments importants. Je ne suis pas une habituée de fantasy ou de fantastique, je dois apprivoiser le genre.

Ce qui m’a plu par dessus tout c’est le choix des personnages principaux dont l’amitié, la loyauté et le courage sont les moteurs. Darryl mène une double vie depuis deux ans, faisant bien attention de préserver son frère . Sa capacité à passer d’un monde à l’autre fait de lui un transfuge . Il rêve de devenir journalyste (oui dans l’Ouvremonde le Y remplace le I, et le phrasé change un peu ) et il suit scrupuleusement les conseils de son maître Tortup. C’est d’ailleurs au cours d’une enquête que tout va basculer…  Il a une personnalité vraiment attachante.

En parallèle, nous suivons Dean et Julianne dans la ville de Salem (Massachussets). Je pense que ce sont les parties avec ces deux là que j’ai préféré, mais je n’en dirais pas plus pour ne rien dévoiler.

Il y a également une foule d’autres personnages tous aussi courageux les uns que les autres à leurs côtés, aussi bien copains d’école à Salem, qu’adultes d’Ouvremonde . Nous faisons connaissance avec les Poulpiquets (entre le lutin et le Korrigan), dont l’irrésistible Languetordue qui porte parfaitement bien son nom, mais aussi des créatures étonnantes comme les Vifbyrds, oiseaux bien particuliers, des animaux sauvages ou des créatures mythiques inquiétantes comme des hommes-araignées ainsi que les terrifiants Chevaliers de l’Apocalypse……

 

A travers ces différents univers et protagonistes, Oliver Peru parvient parfaitement bien à nous emmener dans son intrigue et malgré un univers assez noir j’ai vraiment apprécié ma lecture, ce qui n’était pas gagné d’avance car j’étais très loin de ma zone de confort. Mais j’ai trouvé ça très original et différent (de ce dont j’ai l’habitude) . L’enquête de Darryl se mue en véritable Quête et le dénouement est à la hauteur de l’ensemble de l’ouvrage.

Pour conclure ce fut une lecture assez fascinante, un univers incroyablement riche et une histoire extrêmement bien menée. Les amateurs du genre vont se régaler.

 

https://mutietseslivres.com/2017/10/01/challenge-jeunesse-young-adult-7/

 

[Jeunesse] Un roman d’aventures (ou presque ! ) – Yael Hassan

Dès 11 ans

 

Nathan vient de perdre son travail de journaliste. Plutôt que de se morfondre, sur les conseils de sa femme et de son fils Simon, il se lance dans l’écriture d’un roman pour ado. Suivant scrupuleusement les conseils de sites spécialisés et de son fils, parfaite cible, il se lance dans une histoire rocambolesque dans laquelle il laisse volontairement ses commentaires . Egalement préoccupé par le cambriolage de leur maison de vacances, il jongle entre deux intrigues de façon plutôt originale.

 

 

Voici un roman plutôt différent qui s’adresse à un public assez jeune mais qui aime les intrigues . Si l’histoire dans l’histoire n’est pas vraiment novatrice, c’est la manière dont la narration est exprimée qui m’a assez plu. En effet au cours de la lecture, le récit est écrit avec 3 polices différentes. La vie de Nathan et sa famille, le roman qu’il écrit et enfin ses commentaires. Visuellement nous savons exactement où nous en sommes et je trouve que cela donne une certaine dynamique, parfaite pour tenir en haleine nos jeunes lecteurs.

Autre petite chose surprenante, Nathan a décidé d’écrire directement au coeur de son récit ses propres réflexions (entre parenthèses et en italique) . Il explique à son fils que,  lorsqu’on lit un roman, on se pose toujours des questions sur le pourquoi l’auteur a écrit ceci ou cela, et bien lui il le note directement…pourquoi pas ? C’est original et ça ajoute une bonne pointe d’humour à l’ensemble.

Le roman de Nathan en lui même est assez simple, voir déjà vu :  une disparition de parents inquiétante, une grosse panne de courant… mais ça fonctionne si on ne s’arrête pas aux petites incohérences relevées par nos yeux d’adultes. Novice en roman adolescent il suit avec précision les conseils qu’il peut trouver afin de bien en comprendre les codes et les inclure dans son récit. Il ne manque pas non plus de demander à son fils ce qu’il en pense (ah, un adulte qui demande conseil à un enfant, enfin !) En parallèle il est victime d’un étrange cambriolage dans sa maison de vacances et mène une sorte d’enquête personnelle pour comprendre les motivations des voleurs…qui n’ont rien volés…

 

J’ai passé un bon moment en lisant ce livre, et comme je le disais je trouve la mise en scène est vraiment sympa. Le suspense et l’humour qui le compose devraient beaucoup plaire aux jeunes lecteurs, qui apprécieront probablement la relation père-fils entre Nathan et Simon .

Et pour une fois, je leur recommande vivement de lire la quatrième de couverture 😉

 

https://mutietseslivres.com/2017/10/01/challenge-jeunesse-young-adult-7/