[Jeunesse] 14 -14 – Paul Beorn et Silène Edgar

France Loisirs - 252 pages

France Loisirs – 252 pages

 

 

 

Adrien, 13 ans, est encouragé par sa mère à écrire une lettre à son cousin Hadrien qu’il n’a pas vu plus d’une ou deux fois dans sa vie. Peu motivé, il accepte finalement de le faire et s’en suit une correspondance régulière entre les deux garçons. De lettres en lettres une amitié se noue, les confidences se font de plus en plus présentes. Cependant, leurs échanges sont quelque peu étranges et Adrien fini par se rendre compte que s’ils habitent à 20 km l’un de l’autre, 100 ans les séparent !!! 100 ans : cela veut dire que la guerre de 1914 est sur le pont de commencer…hors Hadrien vit près du Chemin des Dames, connu plus tard pour avoir été le théâtre de batailles très meurtrières ayant fait beaucoup de victimes aussi bien dans les rangs armés que chez les civils. Hadrien et sa famille sont en danger…

 

 

J’avais eu très envie de lire ce roman après les commémorations de la Grande Guerre l’an dernier. Comme d’habitude j’ai toujours un train de retard et ce n’est que cette année que je l’ai lu. Peu importe, la résonance est toujours forte.

Ces deux ados représentent plutôt bien leurs époques. Adrien vit de nos jours, ses parents sont divorcés et il a une petite soeur qu’il adore. Il n’est pas fan de l’école et vit sa première déception sentimentale. Il s’ennuie pendant les vacances scolaires et ne sais pas quoi faire. Sa mère l’oblige plus ou moins à écrire une lettre (oui avec une feuille et un stylo 😉 ) à son cousin Hadrien qui a le même âge et qui vit non loin de là.

Hadrien lui vit en 1914,  dans la ferme de ses parents y travaillant dur ainsi qu’à l’école. Son ambition est de passer son certificat d’études à tous prix. Il rêve de devenir ingénieur, mais n’ose pas en parler à son père homme de la terre. C’est un enfant sérieux qui s’occupe bien de sa famille ainsi que de celle de son amie Simone.

L’échange épistolaire est assez étonnant, mais ce n’est que lorsqu’Adrien comprend qu’Hadrien n’est pas son cousin et qu’il vit 100 ans plus tôt qu’il prend conscience de leurs différences et que quelque chose d’assez anecdotique en 2014 peut être dramatique en 1914.

 

J’ai beaucoup aimé ce roman. Les deux garçons sont très attachants. J’aime le petit brin de magie qui a permis ces échanges. On découvre deux époques, leurs différences, mais aussi les quelques similitudes. J’aime beaucoup lorsqu’il est sujet de « voyages » dans le temps, comment intervenir sans changer le présent. On pourrait peut être pousser un peu plus loin sur le sujet, mais il s’adresse  aux adolescents à partir de 10 ans, donc je pense que pour cela, il est bien comme il est car s’il ne parle pas de la guerre directement, il donne un bon aperçu de la période et du drame à venir.

 

Challenge Jeunesse Young Adult #5

Publicités

[Jeunesse/YA] – Slam – Nick Hornby

Voici un livre que je voulais lire depuis longtemps. J’etais curieuse de connaitre la facon dont Nick Hornby allait traiter le sujet.

France Loisirs - Piment- 331 pages

 
« Vous savez ce que c’est, un slam ? En langage de skateboarder ca veut dire qu’on se casse la geule. Et moi, le skate et les filles, c’est tout ce qui m’interesse.
Je m’appelle Sam, j’ai 15 ans, je vis avec ma mere qui en a 31 : vous avez pige : elle m’a eu quand elle avait 16 ans, du coup elle me dit toujours de faire attention avec ma copine. Parce que c’est comme avec le skate : un accident est vite arrive… »
 
 

Sam, le narrateur, est un garcon de 15 ans assez ordinaire si ce n’est que sa mere a juste le double de son age, qu’il parle a un poster de Tony Hawk (grand champion de skate) et que celui ci lui repond (!). Ni tres brillant, ni totalement nul, il se destine a une Fac d’Arts platiques depuis qu’une prof lui a trouve un certain talent. Il vit seul avec sa mere et cette derniere l’oblige a venir un soir avec elle chez une amie. Il y rencontre Alicia et tombe amoureux.

Apres un temps d’euphorie, ou Sam a du mal a croire a sa chance, lui si banal, plaire a une si jolie fille …il se lasse, espace ses visites et ses appels. C’est a ce moment la qu’ Alicia decouvre qu’elle est enceinte….

J’ai bien aime ce roman. Je pense que le ton est assez juste et les angoisses adolescentes bien rendues. Sam est touchant dans sa « normalite ». J’ai bien aime la facon dont il communique avec le seul referent masculin qu’il connaisse, Tony Hawk qu’il admire plus que tout. Utiliser les phrases de son livre comme reponses est assez curieux, mais pourquoi pas…

J’ai ete un peu moins seduite par ses sauts dans le futur, mais finalement tout se met en place au fil de la narration.

Un bon moment donc, meme si je pense que ce livre devrait etre aussi classe dans la categorie jeunesse/ado en France (bon ce n’est que mon avis). C’est dans cette optique que je l’ai lu et je pense si je l’avais pris comme un roman adulte, ca n’aurait pas fonctionne avec moi.

Un bucher sous la neige – Susan Fletcher

Je cherchais un livre de litterature anglaise dont l’intrigue se deroule en hiver. J’ai retrouve ce livre que j’avais achete l’ete dernier suite a de nombreuses bonnes critiques.

France Loisirs - 526 pages

« Au coeur de l’Ecosse du XVIIe siècle, Corrag, jeune fille accusée de sorcellerie, attend le bûcher. Dans le clair-obscur d’une prison putride le Révérend Charles Leslie, venu d’Irlande espionner l’ennemi, l’interroge sur les massacres dont elle a été témoin, persuadé qu’elle sait quelque chose d’essentiel. Au fil de leurs conversations, Corrag s’ouvre peu à peu et lui confie son histoire, une vie de proscrite, condamnée par l’ignorance des hommes à fuir et à souffrir du manque d’amour. Chaque jour, ce récit continue, Charles suit Corrag à travers les Highlands enneiges, sous les cascades où elle lave sa peau poussiéreuse des heures de chevauchée solitaire. chaque soir, à travers ses lettres à son épouse, il se rapproche de Corrag et découvre une jeune fille instruite, connaissant les pouvoir des plantes et leurs vertus, qui n’a d’autres peches que son innocence…. » 

Inverary, Ecosse, 1692 .  Du fond de sa cellule glacee, Corrag attend la fonte des neiges qui signera son arret de mort. Accusee de sorcellerie, c’est par le bucher qu’elle disparaitra.

Charles Leslie, tout a la cause du roi Jacques II exile en France depuis la prise de pouvoirs de Guillaume D’Orange, se rend  a Inverary afin d’y interroger une « sorciere », temoin du massacre de Glencoe (pour plus d’infos, voir ici) et dont le recit pourrait servir sa cause et restituer son trone a Jacques.

Corrag, toute petite et frele jeune fille, accepte de faire le recit de ce a quoi elle a assiste a l’unique condition de pouvoir raconter sa vie, ce qu’elle est, et comment elle en est arrivee a etre temoin de cette horreur. Charles accepte et au fil de ses visites decouvre un peu plus cet etrange personnage . Chaque jour elle raconte sa vie, chaque soir Charles l’ecrit a sa femme. De jour en jour son opinion sur Corrag se modifie.

Plus le recit avance, plus Charles decouvre une femme intelligente, courageuse. De par sa naissance elle a du fuir jusqu’aux Highlands ou elle a enfin trouve sa place aupres de gens qui ne la jugent pas : Le clan McDonald. Malheureusement ceux ci sont en guerre contre les Campbell, proche de Guillaume, et la paix enfin trouvee par Corrag prendra fin dans un bain de sang.

J’ai trouve ce livre magnifique, tant par l’histoire que par les descriptions. Le personnage de Corrag est lumineux, les Highlands magiques. Susan Fletcher reussit a faire monter la tension jusqu’au denouement de facon incroyable et a un vrai talent pour camper une ambiance. J’ai eu froid tout au long de ma lecture comme si j’etais au fond la cellule de Corrag.

 

Categorie : Objet

Categorie : Hiver

Un brillant avenir – Catherine Cusset

J’avais lu « Le probleme avec Jane » il y a quelques annees et j’avais beaucoup aime.  J’ai achete celui la il y a quelques temps, et je l’ai ressorti grace au challenge « Litterature au feminin« , et j’en suis tres heureuse. Decidement ce challenge est une mine a coups de coeur en ce qui me concerne !

Folio - 366 pages

Elena, une jeune Roumaine née en Bessarabie et ballottée par l’Histoire, rencontre à un bal en 1958 un homme dont elle tombe passionnément amoureuse. Il est juif, et ses parents s’opposent au mariage. Elena finit par épouser Jacob et par réaliser son rêve : quitter la Roumanie communiste et antisémite de Ceaucescu. Émigrer aux États-Unis. Elle devient américaine, et se fait appeler Helen. Elle a rompu avec le passé, mais l’avenir n’est plus un rêve. Helen est maintenant confrontée à une réalité qui lui échappe : la maladie et la dépression de son mari ; l’indépendance de ce fils à qui elle a tout sacrifié, et qui épouse une Française malgré l’opposition de ses parents. Cette jeune femme égoïste, arrogante, imbue d’un sentiment de supériorité presque national, Helen ne l’aime pas. Cette belle-mère dont le silence recèle une hostilité croissante, Marie en a peur. Pourtant, entre ces deux femmes que tout oppose – leur origine, leurs valeurs et leur attachement au même homme –, quelque chose grandit qui ressemble à de l’amour. 

Elena grandit en Roumanie, elevee par son oncle et sa tante (mais le doute plane, seraient-t-ils ses parents … ? ), c’est une jeune fille intelligente et brillante.

Elle rencontre Jacob, un juif, et ils tombent eperdument amoureux. Hors a cette époque et dans ce pays il n’est pas bon etre juif et la famille d’Elena ainsi que la societe le lui font bien comprendre.

Malgre tout elle s’oppose a tous et l’epouse. De cette union naitra un petit Alexandru, enfant cheri pour qui elle fera tout afin de lui donner un “brillant avenir”.

Pour echapper au communisme et a l’antisemitisme, ils decideront d’emmigrer. D’abord Israel dans la famille de Jacob, puis l’Italie pour enfin s’installer aux Etats-Unis.

Elena la roumaine devient Helen l’americaine. Alexandru s’epanouit dans un pays libre : etudes, amis, peines de coeur, puis une rencontre : Marie.

Marie est francaise, Marie est si differente d’Helen, Marie va certainement vouloir emmener Alexandru loin de sa famille et des Etats Unis…. Alors sans chercher a vraiment la connaitre Helen va la rejeter en bloc. Etrangement elle va faire exactement la meme chose que sa famille envers Jacob, ce contre quoi elle s’est battue.

Alexandru refuse de renoncer a Marie et les deux femmes devront apprendre a s’apprivoiser. La petite Camille saura t’elle les rapprocher ?

En devenant Helen, Elena n’a pas seulement change de prenom, c’est sa personnalite tout entiere qui a changee. Incapable de couper le cordon, elle veut tellement le meilleur pour son fils qu’elle se coupe de tout ce qu’elle pense etre un obstacle a sa reussite. Famille réduite au minimum, pas d’amis, Alexandru avant tout. Mais ce dernier doit vivre sa vie.

J’ai beaucoup aime ce roman, d’abord ce portrait de femme si particulier, et puis la construction meme du roman : des allers-retours entre la Roumanie, Israel, l’Italie et les Etats-Unis, entre 1941 et 2003, entre Helen et Elena. Les personnages principaux m’ont tous beaucoup touches. Une nouvelle fois Catherine Cusset m’a seduite.

Livre lu dans le cadre du Challenge  » Litterature au Feminin »     

Quand tu es parti – Maggie O’Farrell

J’avais ce livre depuis bien 10 ans dans ma bibliotheque, le challenge Litterature au feminin m’a permis de le sortir du fin fond de ma PAL. Voila pourquoi j’aime les challenges !!

France Loisirs – 412 pages

Hospitalisée dans un coma profond, Alice se souvient : de l’amour fou avec John, un journaliste, fils d’un juif intégriste; de l’étrange enfant, puis de l’adolescente fragile et rebelle qu’elle a été ; de l’affection de sa grand-mère Elspeth et des heurts avec sa mère, Ann, beauté froide et énigmatique. Et tandis que toute la famille guette le moindre signe d’espoir, la genèse du drame affleure.

.

Alice est dans le coma suite a un accident qui n’en est peut etre pas un. Ses souvenirs ressurgissent les uns apres les autres, sans ordre apparent. Des bribes de sa vie : son enfance etrange, son adolescence difficile, son grand amour.

Les acteurs de sa vie, vivants ou disparus, gravitent autour du lit d’Alice : sa tres chere grand-mere Elspeth, sa mere Ann (un modele de nullite avec laquelle elle est en conflit permanent), son pere Ben (aimant mais transparent), ses soeurs si differentes, sa meilleure amie Rachel et John l’amour de sa vie, et eux aussi se souviennent.

Tout au long de ces flash-backs l’origine du drame se met en place. Les mensonges, les non-dits, le racisme, la deception et le deuil feront d’Alice un etre a part dans la famille et dans la societe.

J’ai adore ce livre, l’histoire m’a touchee. J’ai trouve la construction originale et malgre les nombreux retours en arriere et le manque de chronologie, on s’y retrouve toujours tres bien. J’avais hate d’y revenir, tout en souhaitant le faire durer.

Une belle surprise pour un livre qui est reste si longtemps dans ma bibliotheque. Un premier roman de Maggie O’Farrel tres prometteur, j’ai hate de lire les suivants.

Un grand merci a Anis, grace a toi j’ai decouvert un auteur qui me plait beaucoup.

Livre lu dans le cadre du Challenge  Litterature au feminin.