La Comtesse de Ricotta – Milena Agus

 Mes précédentes lectures de cet auteur n’ont pas été très convaincantes. Poussée par l’enthousiasme de mes copines du Club de Lecture,  j’ai voulu faire un nouvel essai .

Liana Levi – 120 pages

 

Dans l’ancien palazzo familial sarde, maintenant divisé en appartements, trois soeurs vivent dans les trois appartement qu’elles ont pu garder. Noèmie l’aînée, un peu vieille fille, vit dans la plus belle partie et garde le rêve fou de racheter tous les appartements. Ses soeurs tentent de lui trouver un fiancé et fondent beaucoup d’espoir sur le neveu de leur ancienne gouvernante venu faire des travaux. Maddalena et son mari passent leur temps à faire l’amour dans l’espoir d’avoir l’enfant tant attendu. Et enfin la troisième, dite « la Comtesse de Ricotta » à cause de son coté maladroit, mère célibataire d’un petit Carlino,  passe par des moments d’euphorie puis sombre à la moindre difficulté.

 

Désolée pour ce résumé un peu rapide mais je n’arrive pas à en faire plus. Je pense que je ne comprendrais jamais l’univers de Milena Agus. Décidément je n’accroche pas. Ni à l’histoire, ni aux personnages, ni au style.  Je passe systématiquement à coté des ses romans . Ce n’est absolument pas une question de qualité, je ne me sens pas légitime pour la juger, mais j’ai l’impression d’être hermétique à ce que j’ai lu . Je ne suis pas sensible à son écriture. Après « Mal de pierres » et « Battement d’Ailes » (on ne pourra pas dire que je n’ai pas essayé) je fais le même constat : je ne sais pas quoi dire de ma lecture, ou plutôt je n’ai rien à en dire.

Je vous invite vraiment à vous faire votre propre opinion, surtout que le livre ne fait qu’une centaine de pages. De nombreux lecteurs apprécient beaucoup cet auteur et je ne voudrais pas que vous vous arrêtiez à mon avis, si on peut appeler ça un avis…

Ru – Kim Thuy

Pris dans mon club de lecture suite aux critiques emballees des copines, j’en profite pour le rajouter a ma liste initiale pour le Challenge Litterature au feminin d’Anis (Litterama)

Liana Levi - 143 pages

 Une femme voyage à travers le désordre des souvenirs : l’enfance dans sa cage d’or à Saigon, l’arrivée du communisme dans le Sud-Vietnam apeuré, la fuite dans le ventre d’un bateau au large du golfe de Siam, l’internement dans un camp de réfugiés en Malaisie, les premiers frissons dans le froid du Québec. Récit entre la guerre et la paix, ru dit le vide et le trop-plein, l’égarement et la beauté. De ce tumulte, des incidents tragi-comiques, des objets ordinaires émergent comme autant de repères d’un parcours. En évoquant un bracelet en acrylique rempli de diamants, des bols bleus cerclés d’argent ou la puissance d’une odeur d’assouplissant, Kim Thúy restitue le Vietnam d’hier et d’aujourd’hui avec la maîtrise d’un grand écrivain.

Une famille aisee de Saigon se voit contrainte de fuir le pays a l’arrivee du communisme. Boat people, refugiee, puis immigree au Canada, la narratrice, 10 ans au moment de la fuite, nous raconte pele-mele, avec une pudeur qui caracterise souvent les asiatiques, des souvenirs et anecdotes qui ont parsemes sa vie.

Tres largement inspire de la vie de l’auteure (mais non autobiographique, elle insiste sur ce point) et de ses rencontres, ce roman nous embarque completement par des petits chapitres tres courts, tel un journal de bord, et une tres belle ecriture, sur les pas de cette petite fille qui se construira loin de son Vietnam natal.

C’est ce que j’aime qualifier de : “joli petit roman”

Livre lu dans le cadre du Challenge  Litterature au feminin. 

.

La joueuse d’echecs – Bertina Henrichs

J’avais choisi ce livre dans le cadre de mon club de lecture. J’etais curieuse de savoir comment un jeu d’echecs pouvais changer la vie d’une femme de chambre. Et puis ca me permet d’honorer ma premiere lecture pour mes challenges.

Liana Levi – 151 pages

 
 
 
Un jeu peut-il faire basculer la vie d’une femme ? Difficile de le croire.
Dans l’île de Naxos, les joueurs de trictrac sont légion, mais jamais aucune femme n’a approché les pions noirs et blancs.
Quant à ceux d’un échiquier, n’y pensez même pas ! Cependant, pour Eleni, prise dans une vie sans aspérités et sans folie, le plus vieux jeu du monde sera le début d’une aventure qui la mènera jusqu’à l’émancipation.
 
 Eleni, maman de deux ados, est femme de chambre dans un hotel touristique sur l’ile de Naxos. En faisant la chambre d’un couple de Parisiens, elle fait tomber par megarde une piece d’echiquier alors qu’une partie est en cours.

L’objet est superbe et Eleni l’associe a Paris, un mode de vie et un parfum qui flotte dans l’air.

A partir de ce jour, les echecs vont prendre une place particuliere dans sa vie. D’abord elle decide d’offrir un bel echiquier a son mari pour son anniversaire, revant d’apprendre avec lui et jouer ensuite en sa compagnie. Voulant garder la surprise dans cette petite ile ou tout le monde connait tout le monde et commente les agissements de chacun, Eleni demande a son vieil instituteur qui habite toujours dans son village d’enfance de l’aider a trouver ce cadeau.

Le cadeau ne fait pas l’effet escompte et reste a prendre la poussiere, jusqu’au jour ou Eleni decide d’apprendre a jouer seule, puis avec l’aide de son instituteur.

Son attitude change, elle prend conscience de la platitude de sa vie et des ses competences, elle semble avoir un but . Son mari prend mal la chose et le lui fait comprendre. Mais Eleni s’accroche et fait fi des commerages.

J’ai bien aime ce livre. On est en Grece, le temps s’ecoule doucement et on imagine bien la vie d’Eleni, qui sans etre malheureuse, manque un peu de fantaisie : elle travaille tout les matins, s’occupe de ses enfants l’apres midi, sert les repas tous les jours a la meme heure…..Les echecs et l’image qu’ils representent sont presque un pretexte. Elle fait enfin quelque chose pour elle.

Un joli roman, encore un beau portrait de femme dans un lieu magnifique qui devient presque un personnage. J’ai bien aime l’ecriture egalement, et il faut savoir que Bertina Henrichs est allemande mais elle vit en France depuis 15 ans et a ecrit ce livre directement en francais (son sujet de these etait justement sur les ecrivains qui changent de langue en exil)

Livre lu dans le cadre du challenge Petit Bac