La patrouille de l’aube – Don Winslow

J’avais repéré ce livre il y a quelques temps déjà, l’idée du détective privé surfer me plaisait bien.

Editions du Masque – 350 pages

Boone Daniels vit à San Diego. La trentaine, c’est un ancien flic reconverti en détective privé suite une erreur de jugement qui le ronge sur une ancienne affaire : la disparition de la petite Rain quelques années plus tôt. Son boulot est alimentaire et il fait juste le minimum. Aujourd’hui, ce qui l’intéresse c’est le surf, uniquement le surf. Tous les matins, il va à l’eau rejoindre « La patrouille de l’aube » : 4 garçons et une fille, pour une session matinale.

Il est contacté par l’avocate d’une compagnie d’assurances afin retrouver  Tammy Roddick, une strip teaseuse sensée témoigner le lendemain dans une affaire d’incendie volontaire. Un peu forcé et bousculé par cette femme à la fois froide et séduisante, il accepte l’affaire et ce malgré l’arrivée imminente de la plus grosse houle de l’année. Le rêve absolu pour tout surfeur qui se respecte.

Mais son enquête prend tout de suite une tournure inattendue lorsqu’une autre strip teaseuse est retrouvée  morte défenestrée au domicile de Tammy. Que faisait-elle là ? Où est passée Tammy ? A qui appartient cette brosse à dents d’enfant ?

 

J’ai plutôt bien aimé ce roman. Plus pour ses personnages et le milieu choisi par Don Winslow que pour l’intrigue elle même, bien qu’elle soit bien menée. J’avoue ne pas avoir fait le lien entre certains événements avant la fin du roman, fin à laquelle je ne m’attendais pas d’ailleurs. Le livre commence comme une ode aux surf. On est sur une plage de Californie, les filles sont blondes et belles, les garçons ne peuvent commencer une journée sans un petit tour dans l’eau. On se retrouve au restaurant de la plage parce qu’on est sur de d’y retrouver toute la communauté des surfeurs.

La « patrouille de l’aube » est plutôt sympa. Il y règne une vraie solidarité et le mot amitié y trouve tout son sens malgré quelques accrochages. Ils sont tous trentenaires et il est temps pour eux de passer à autre chose. Les événement vont d’une certaine façon leur permettre de le faire. Et puis j’ai trouvé l’avocate, Petra, archétype de la fille rigide qui veut réussir, absolument irrésistible.

Ensuite l’histoire dérape. Les trafics, les petits malfrats et autres truands fissurent la belle image de la Californie . Bar de strip-tease miteux, trafics d’êtres humains, arnaques aux assurances, règlements de comptes, meurtres… Don Winslow appuie là où ça fait mal en nous faisant basculer de l’autre côte du miroir. Non le soleil ne brille pas pour tout le monde sur la Côte Ouest.

Publicités

Citrus County – John Brandon

Citrus County est une petite ville de Floride qui n’a rien d’attrayant. Elle est isolée, entourée de marécages. Il y fait chaud, humide, mais on est loin des plages de rêve de Miami. Bref une ville de province qui ne donne pas envie de s’y attarder.

C’est là qu’enseigne Mr.Hibma, un prof de géographie qui a du recevoir son diplôme dans une pochette surprise et qui s’étonne de réussir à flouer ses collègues sur ses capacités. Il n’apprécie pas plus que ça ses élèves et ses collègues, il planifie même de tuer celle qui l’agace le plus, sorte de caricature de la prof parfaite.

Toby est un de ses élèves. Ses parents sont morts et il vit dans la forêt avec son oncle, un homme peu concerné par son éducation et qui passe ses journées à distiller de la ciguë. Toby est un adolescent mal dans sa peau, un peu délinquant, il se cherche et a quelques idées sordides.

Shelby est dans la classe de Toby. Elle vient d’arriver à Citrus County avec son père et se petite soeur après le décès de sa mère. La personnalité de Toby l’attire beaucoup, son cote mauvais garçon sans doute. Comment pourrait elle imaginer qu’il projette d’enlever sa petite soeur…?

Premier roman de John Brandon, c’est assez spécial et l’ambiance est vraiment très lourde. On a tous  en tête l’image de la jolie ville de province avec ses jolies maisons où les enfants peuvent jouer sur les pelouses sans danger, où les familles vivent paisiblement. On n’imagine pas autant de drames humains. C’est étonnant comme le glauque attire le glauque, comme les événements peuvent dépasser les gens, comme les réactions peuvent être inattendues…

J’ai bien aimé ce roman, mais je pense que les avis seront partagés car les personnages sont assez peu attachants. Ils réagissent tous comme ils peuvent, mais je ne les ai pas trouvé très brillants.  Les adultes démissionnent totalement de leurs rôles de modèles, d’éducateurs : Le père de Shelby craque complètement, le prof est minable, et l’oncle de Toby totalement nul. Bref une bonne bande de loosers confrontés à un drame . Les ados n’ont plus aucun repère. Shelby change totalement de personnalité, sans doute sa façon à elle de continuer à vivre.

Et finalement c’est le personnage de Toby que j’ai préféré, étonnant quand on sait ce qu’il a fait : détaché, inconscient, dépassé ? Non il s’ennuyait simplement, et avait juste besoin d’exister…, et malgré tout, impossible de le détester.

Catégorie Végétal

La mysterieuse affaire de Styles – Agatha Christie

Les romans d’Agatha Christie sont les premiers policiers que j’ai lu et deja a l’epoque je suis tombee sous le charme de cette incroyable auteure. J’avais toujours dans la tete de reprendre la lecture de son oeuvre, dans l’ordre de publication, et c’est grace au Challenge Agatha Christie de George que j’ai pu enfin commencer a realiser cette envie.

Le Masque - 222 pages

Tous ceux qui l’entouraient pouvaient tirer profit de la mort de Mrs Ingelthorp, riche maîtresse de la propriété de Styles : son second mari, Alfred Inglethorp ; ses beaux-enfants, maintenus dans sa dépendance financière ; Cynthia, sa jeune protégée… Et tous auraient pu se procurer la strychnine qui l’a tuée.
Mais pourquoi Hercule Poirot protège-t-il si obstinément Alfred Ingelthorp, alors que celui-ci se défend à peine contre les soupçons grandissants qui pèsent sur lui ? Patience ! Nous ne comprendrons qu’aux dernières pages le subtil jeu de stratégie qui s’est noué entre ces deux hommes, aussi redoutablement intelligents l’un que l’autre.
Dès ce premier roman, publié en 1920 Agatha Christie démontre son extraordinaire habileté à nous tenir en haleine jusqu’au bout, alors même que les circonstances, les personnages, les indices nous sont parfaitement connus. Et surtout, elle campe le duo qui devait faire sa gloire : celui du petit détective belge et son fidèle Hastings.

     

Quel plaisir de retrouver Dame Agatha. Pour la petite histoire, c’est avec elle que j’ai decouvert l’univers du roman policier quand j’etais pre-ado.

J’adore son style, l’ambiance qu’elle sait creer.

Prendre un livre d’Agatha Christie c’est toujours plaisant et efficace, meme si certains sont meilleurs que d’autres. Pas de mauvaise surprise : je ne suis jamais decue.

Dans La Mysterieuse Affaire de Styles, nous rencontrons pour la premiere fois Hastings, qui de retour de la guerre suite a une blessure, est invite par son ami John Cavendish a passer sa convalescence chez lui a Styles Court.

Dans la maison familiale il rencontre la belle-mere de John : Emily ; l’ancien secretaire et nouveau (tres jeune) mari de celle ci : Alfred Inglethorp ; le frere de John : Lawrence, etudiant en médecine ; sa femme Mary ; la dame de compagnie d’Emily : Evelyn et sa protégée : Cynthia ; et enfin Dorcas la femme de chambre…….

L’ambiance est assez tendue entre ces personnages, mais Hastings est tres bien accueilli par tous.

Lors d’une promenade, il rencontre par hasard une vieille connaissance : Hercule Poirot, ancien inspecteur devenu detective qu’il a rencontre lors d’un sejour en Belgique.

C’est naturellement vers lui qu’il se tourne lorsque le drame arrive : Emily meurt dans son lit, visiblement victime d’un empoisonnement.

Qui l’a tuee ? Qui ne l’a pas tuee ? L’inspecteur Japp mene l’enquete, Poirot également : Hastings suit tout cela de tres pres et echaffaude ses propres theories.

J’ai adore ce livre car encore une fois le talent d’Agatha Christie a fonctionne avec moi. J’aime la facon dont elle pose une ambiance, sa maniere de brosser les personnages et les situations de facon tres precise et absolument pas innocente.

Premier roman, premiere apparition de Poirot et Hastings, premier coup de coeur dans l’oeuvre de cette grande dame.

Pour l’anecdote, j’ai pour la premiere fois trouve qui avait tue la victime ! Est-ce parce que c’est son premier roman ou bien parce que je suis hyper douee (mdr) ?  Toujours est t’il que je ne vous donnerai pas mon truc, vous pourriez perdre un peu de plaisir 😉

Livre lu dans le cadre des Challenges Agatha Christie de George  et God Save the Livre d’Antoni