Le temps est assassin – Michel Bussi

Presses de la Cite - 532 pages

Presses de la Cité – 532 pages

 

 

 

En cet été 2016 Clotilde revient avec Franck son mari et Valentine sa fille adolescente, sur les traces de son passé. C’est là, au camping des Euproctes sur la presqu’ile de Revellata en Corse qu’elle a passé son dernier été avec sa famille 27 ans plus tôt. Le 23 aout 1989  ils sont tous morts dans un accident de voiture, elle est la seule rescapée.

Elle y retrouve quelques protagonistes de cette époque ainsi que ses grands parents paternels installés un peu plus haut dans la montagne dans la bergerie d’Arcane.

Mais on ne remue pas impunément le passé, et alors qu’elle essaie de comprendre pourquoi son père n’a pas tourné, précipitant la voiture dans le vide, elle reçoit une lettre . Une lettre lui disant de se poster sous un arbre, une lettre signée P. P comme Palma, sa mère….

 

 

Michel Bussi fait partie de ces auteurs français que j’aime bien et dont je guette les nouvelles parutions. Je suis sûre de passer un bon moment avec ses romans car il a le don de m’embarquer dans ses histoires. J’arrive toujours parfaitement bien à visualiser les personnes et les lieux, pour moi c’est vraiment important. Ce qui me plaît aussi c’est que rien n’est jamais aussi simple qu’il n’y parait. On pense trouver la solution car elle s’impose, mais non et puis si finalement on y revient et pour finir c’est autre chose.. le fameux « twist » de fin de roman qu’il affectionne. Je me fais avoir à chaque fois alors que je le sais,  à part pour « Un avion sans elle » ou j’avais trouvé le truc, mais c’était quand même un super moment de lecture.

En plus il est vraiment très sympa. Venu l’an dernier à Dubai pour le festival de littérature, il a eu la gentillesse de prendre sur son temps pour faire une conférence auprès des élèves du Lycée Français, répondant (ou contournant habilement 😉 ) leurs questions sur son travail d’écrivain . Un moment vraiment très agréable, intéressant et tellement rare pour moi. J’ai pu lui parler quelques minutes avant la conférence et cela reste un très bon souvenir.

 

Revenons à nos moutons. Dans ce roman nous suivons Clotilde. Avocate, la quarantaine, elle revient sur les terres de sa famille paternelle 27 ans après le tragique accident de voiture qui a décimé sa famille la laissant seule rescapée. Elle souhaitait montrer l’endroit à sa fille Valentine, 15 ans soit l’âge qu’elle avait lors du drame , et son mari Franck.  Tous deux ne semblent pas vraiment concernés par ce qui lui est arrivé, c’est trop ancien, ça n’a plus de sens. (Je ne les ai pas forcément trouvé très sympathiques ni l’un ni l’autre) Or le passé la rattrape, elle reçoit une lettre de sa mère : est elle vivante, est ce une mauvaise plaisanterie ? Clotilde sait que c’est impossible elle a vu le corps de sa mère dans le ravin. Mais quand elle apprend que l’accident était peut-être finalement un sabotage, tout prend des proportions inattendues.

Parallèlement, en alternance de chapitre, nous retrouvons Clotilde à 15 ans par le biais du journal qu’elle écrivait cet été là,

On découvre donc à la fois la vision de la jeune fille à l’époque  grâce à celui ci , et celle des adultes à travers l’enquête que mène Clotilde aujourd’hui. Petit à petit beaucoup de choses prennent un sens, que seule la combinaison des deux va pouvoir lui faire comprendre.

 

J’ai beaucoup aimé ce roman également, encore une fois j’ai été embarquée. Je ne connais pas la Corse et je n’ai eu la curiosité de regarder des photos des lieux qu’après avoir refermé le roman. J’ai été surprise de découvrir que mon imagination, grâce aux descriptions de l’auteur, ne s’était pas trompée et correspondait bien à la réalité. Ça ne m’arrive pas si souvent de visualiser aussi bien un lieu inconnu

Voila un roman que je vous recommande si vous voulez passer un bon moment. Parfait pour un week-end ou des vacances. Attention, il est parfois difficile de le lâcher tant on veut comprendre le destin de Clotilde.

 

Categorie Gros Mot

Catégorie Gros Mot

Publicités

Une réflexion sur “Le temps est assassin – Michel Bussi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s