[Jeunesse/Young Adult] Darryl Ouvremonde – Oliver Péru

 

 

Darryl est un jeune garçon de 14 ans, un peu particulier. Le jour c’est un lycéen lambda qui vit à Montréal avec son grand frère Sam qui l’élève depuis la mort de leurs parents . Mais la nuit il s’évade dans l’Ouvremonde grâce à une montre-boussole qui lui permet de trouver des Glyphes, sorte de portes spatio-temporelles. Là-bas il y est apprenti journalyste (non pas de faute 😉 ) pour « le Veilleur » aux côtés de son maître Tortup. Plongés au coeur d’une enquête, ce qu’ils vont découvrir est au delà de l’imaginable…

 

 

 

 

Je dois dire que ce roman ne m’a pas laissée indifférente et ce pour plusieurs raisons. D’abord c’est un beau pavé ! Ensuite il est magnifiquement illustré. Plusieurs dessinateurs ont pris part au projet et je dois dire que le rendu est vraiment incroyable . Ça ajoute vraiment un énorme plus, surtout dans les parties de fantasy, de fantastique. Malgré des descriptions très précises, j’apprécie de découvrir en dessins les paysages d’un univers fictif, de ses personnages et ici de ses créatures fantastiques.

Ensuite, il faut savoir que lorsqu’on entre dans ce roman, c’est tout un univers qu’il faut s’approprier. Nous naviguons entre le monde réel (Monde Gris), Kælatt (Ouvremonde) et le monde noir sur lequel règne le Bouc Roy (alias le Diable en personne).

J’ai mis un bon moment (plus d’une semaine) à le lire car l’univers est vraiment très riche et que j’ai pris mon temps . Et aussi parce qu’il fait presque 570 pages, plutôt denses !! Je ne voulais pas louper d’éléments importants. Je ne suis pas une habituée de fantasy ou de fantastique, je dois apprivoiser le genre.

Ce qui m’a plu par dessus tout c’est le choix des personnages principaux dont l’amitié, la loyauté et le courage sont les moteurs. Darryl mène une double vie depuis deux ans, faisant bien attention de préserver son frère . Sa capacité à passer d’un monde à l’autre fait de lui un transfuge . Il rêve de devenir journalyste (oui dans l’Ouvremonde le Y remplace le I, et le phrasé change un peu ) et il suit scrupuleusement les conseils de son maître Tortup. C’est d’ailleurs au cours d’une enquête que tout va basculer…  Il a une personnalité vraiment attachante.

En parallèle, nous suivons Dean et Julianne dans la ville de Salem (Massachussets). Je pense que ce sont les parties avec ces deux là que j’ai préféré, mais je n’en dirais pas plus pour ne rien dévoiler.

Il y a également une foule d’autres personnages tous aussi courageux les uns que les autres à leurs côtés, aussi bien copains d’école à Salem, qu’adultes d’Ouvremonde . Nous faisons connaissance avec les Poulpiquets (entre le lutin et le Korrigan), dont l’irrésistible Languetordue qui porte parfaitement bien son nom, mais aussi des créatures étonnantes comme les Vifbyrds, oiseaux bien particuliers, des animaux sauvages ou des créatures mythiques inquiétantes comme des hommes-araignées ainsi que les terrifiants Chevaliers de l’Apocalypse……

 

A travers ces différents univers et protagonistes, Oliver Peru parvient parfaitement bien à nous emmener dans son intrigue et malgré un univers assez noir j’ai vraiment apprécié ma lecture, ce qui n’était pas gagné d’avance car j’étais très loin de ma zone de confort. Mais j’ai trouvé ça très original et différent (de ce dont j’ai l’habitude) . L’enquête de Darryl se mue en véritable Quête et le dénouement est à la hauteur de l’ensemble de l’ouvrage.

Pour conclure ce fut une lecture assez fascinante, un univers incroyablement riche et une histoire extrêmement bien menée. Les amateurs du genre vont se régaler.

 

https://mutietseslivres.com/2017/10/01/challenge-jeunesse-young-adult-7/

 

[Les livres de P’tit Loup] Recherche Super Héros

 

.

.

Dès 3 ans 

Auteur : Orianne Lallemand

Illustrateur : Eric Gasté

.

.

.

As-tu jamais rêvé d’être un super-héros ?

.

Les habitants de la planète Ploutos ont besoin d’un nouveau héros pour protéger leur planète. Si tu es prêt à relever le défi, passe les tests en jouant avec les animations !
1 test par double page et une « belle » récompense à la fin…
 .
 .
 .
 .
Voici un album pop-up qui nous rappelle un peu la collection « Au secours » que nous adorons à la maison. Sur le même principe, le petit lecteur est interpellé en première page : « Hé, toi qui lis ce livre ! » Ici on lui demande s’il ne voudrait pas devenir un super-héros afin de protéger la Planète Ploutos car le précédent a disparu. Puis de page en page, on le guide.
 .
A l’aide de multitudes de fenêtres, rabats, roues ou autres éléments en relief, il commence le test. Santé, choix des super pouvoirs, niveau de courage, choix du costume, rien ne manque . Et il est grand temps car la planète est attaquée par une pieuvre géante ! Vite il faut agir !
 .
Quand enfin la menace semble passée la princesse Ploutosia veut le récompenser, mais ce n’est peut être pas celle espérée …
 .
Voici un album très drôle et ludique avec lequel on passe un très bon moment. Adapté pour les petits, il fonctionne aussi très bien un peu plus grand, mon lutin adore.
.
.

À l’Hermine blanche – Kyra Dupont-Troubetzkoy

 

 

 

Sacha, 5 ans, fait une terrible chute depuis le balcon de l’appartement de l’Hermine Blanche. Elle vient de perdre sa mère adorée… Bien plus tard, nous découvrons sa vie après le drame. Elle se raconte petite fille puis adulte, y mêlant la vie de sa mère Sophie au fur et à mesure de ce qu’elle apprend : sur cette dernière, sur sa famille,  l’histoire dans l’Histoire… Tout ce qui a fait d’elle l’adulte d’aujourd’hui et qu’elle est enfin prête à entendre et comprendre.

 

 

Sacha grandit entourée d’amour auprès de sa mère Sophie et du compagnon de celle-ci, Sam.  Sa vie est pour elle merveilleuse même si son père n’est pas tellement présent. Peu importe, Sam est là.

Et puis c’est le drame. Sa mère disparaît, morte de chagrin lui dit-on… Peu de temps après Sacha tombe du balcon et toutes les hypothèses sont envisagées . Son père et sa belle-mère la prennent en charge mais sont terriblement maladroits face à cette enfant si jeune et déjà cabossée par la vie ; démunis, ils décident de l’envoyer en pension. Elle a 5 ans…. Heureusement ses grand-parents lui apporteront un peu de ce qui lui manque tant.

Par le biais de chapitres interposés, Kyra Dupont-Troubetzkoy nous raconte l’histoire de Sacha qui s’entremêle à celle de Sophie au fur et à mesure de ses recherches,  pour arriver à ce qui a été à la genèse du drame, des drames. Car tout ne se cantonne pas à uniquement Sophie. Descendante de l’aristocratie russe, c’est toute son histoire familiale aux personnalités imposantes comme son grand-père Alexandre que nous découvrons. Mais c’est également celle de la descendance de cette génération qui a vu l’Empire Russe s’écrouler et que Sacha va rencontrer en osant enfin et simplement poser des questions aux témoins de ces existences. La terrible et profonde douleur de l’exil, l’espoir de retour jamais exaucé .

Et puis tous ces nons-dits, volontaires ou non, mais beaucoup trop nombreux. Quel immense gâchis…

 

Ce roman a été comme un coup de poing et je n’ai certainement pas toujours su mettre la distance qu’il fallait dans ma lecture. J’ai d’ailleurs beaucoup de mal à écrire cette chronique, tout n’est pas encore digéré, tant de choses se bousculent encore. Je ne m’attendais pas à ressentir tout ça quand Kyra m’a proposé de lire son dernier roman . Même si le récit n’est pas autobiographique, on sait que certaines choses viennent de son histoire personnelle, elle ne s’en cache pas. Qui, quoi, comment peu importe, et comme elle l’espérait cette dernière peut résonner avec les histoires de chacun de nous. Dramatiques ou heureuses, mais tellement profondément intimes. On ne peut pas rester insensible, enfin moi je ne peux pas.

Et puis j’ai toujours été attirée par la Russie des Tsars, une sorte de fascination pour tout ce qui tourne autour des familles royales ou impériales . Je suis même allée rechercher sur le web des infos oubliées sur la révolution bolchevique,  sur les personnages connus cités pour les replacer historiquement, abandonnant ma lecture au milieu d’un paragraphe . Et puis je me suis rappelée avec une précision étonnante mes cours d’histoire de l’Art, ajoutant des images aux mots de Sacha.

J’ai eu l’impression d’être témoin d’une histoire qui ne m’appartient pas mais qui me parle, de la vivre dans l’ombre des personnages.

Chamboulée, touchée, coulée, voilà comment j’en suis sortie. Pardon si ma chronique part un peu dans tous les sens, je suis encore K.O un mois après ma lecture.

 

C’est donc un roman que j’ai trouvé très fort, un ascenseur émotionnel dont les personnages vont m’accompagner longtemps, très longtemps.

 

Merci Kyra, n’arrête jamais d’écrire….

 

Catégorie Animal