La couleur du lait – Nell Leyshon

10-18 - 192 pages

10-18 – 192 pages

 

Mary a 15 ans et en cette année 1831, elle est envoyée par son père, un homme violent et peu compréhensif, chez le Pasteur Graham afin d’y gagner un peu d’argent en tenant compagnie à sa femme. Elle quitte à regret la ferme familiale et surtout son grand-père adoré et s’installe donc à quelques kilomètres de là. Les premiers temps sont difficiles, elle n’oublie pas de dire qu’elle est là contre son gré. Mais la douceur de Madame Graham et l’empathie qu’elle suscite lui permet de tenir. Le pasteur se prend d’affection pour elle également et lui propose de lui apprendre à lire et à écrire… c’est donc Mary qui nous raconte ici son histoire.

 

 

Mary est la petite dernière de la famille, 4ème enfant, 4ème fille : ses cheveux sont « couleur de lait » et elle souffre d’un handicap à la jambe. Ses parents ne sont pas très fortunés et  n’ont jamais envoyés leurs filles à l’école, ayant trop besoin de la main d’oeuvre qu’elles apportent. Mary étant légèrement moins productive que ses soeurs selon son père, il accepte la proposition bien opportune du pasteur Graham qui cherche une personne pour tenir compagnie à sa femme souffrante. Mary se retrouve donc dans la confortable maison du couple, bien qu’elle aurait largement préféré rester chez elle auprès de son grand-père, seule personne avec laquelle elle peut vraiment discuter, mais également seule personne qui semble lui porter ouvertement de l’affection.

Les premiers jours sont difficiles pour Mary. Elle doit s’habituer aux habitudes de la maison. Sa relation avec Edna, déjà au service de Graham depuis longtemps, met un peu de temps à se construire. Elle ne voit pas forcément d’un bon oeil l’arrivée de la nouvelle.  Les jours passent et Mary se fait à son destin, les relations avec Edna s’apaisent. La famille Graham est plutôt bienveillante dans l’ensemble, seul le fils lui déplaît . Trop égoïste et immature. Mais surtout, le pasteur lui apprend à lire et écrire…une révélation.

Un triste événement va remettre en cause ce fragile équilibre et la vie de Mary change du tout au tout. Mais elle veut continuer à s’instruire…qu’est elle prête à accepter pour y parvenir?

 

Le livre se déroule sur une année, les parties se découpent en saisons et nous suivons Mary d’un printemps à l’autre. Le style est très particulier car c’est véritablement Mary qui écrit. Pas de majuscules, ponctuation fantaisiste, retranscriptions littérales de dialogues…on mesure ainsi véritablement l’énorme travail d’apprentissage pour celle qui partait de rien et a réussi en quelques mois, même semaines, à produire son récit. Il faut dire qu’il était sans doute important pour elle, vital même je dirais, qu’elle laisse ce témoignage. Et même si ce style est vraiment déroutant au début, il permet de se mettre dans la tête de Mary, véritablement. Ses sentiments et ressentis sont véritables, elle ne triche pas. Elle commence par une promesse qu’elle fait au lecteur…promesse qu’elle tiendra coûte que coûte.

 

J’ai plutôt bien aimé ce roman, très original par son style, mais très prenant. Le personnage de Mary était très « présent » pendant ma lecture, sa voix résonnait dans ma tête comme si elle était là et me racontait son histoire. Un très bon moment de lecture.

 

Publicités

4 réflexions sur “La couleur du lait – Nell Leyshon

  1. Pingback: « La couleur du lait  de Nell Leyshon | «Mes bulles de plaisir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s