Le Bonheur National Brut – Francois Roux

Albin Michel – 680 pages

 

 

 

 

Mai 1981 : François Mitterrand est élu Président de la République et avec lui une nouvelle ère s’annonce : grosse déception pour certains, fantastique espoir pour d’autres. Au même moment Paul, Rodolphe, Tanguy et Benoît, 4 amis d’enfance, passent leur Bac. Ils sont eux aussi à une charnière de leurs vies et fondent plus ou moins d’espoirs en l’avenir.

Nous suivons ces quatre amis pendant quelques années, puis nous les retrouvons 30 ans plus tard à la veille de l’élection de François Hollande.

 

Dans la première partie nous découvrons ces quatre jeunes garçons à la veille de leur Bac et d’une échéance électorale qui fait grand bruit : on voit déjà les différents caractères s’affirmer. Ils représentent cette jeunesse pleine d’espoir à une époque où il était beaucoup moins difficile de trouver du travail, où tout semblait possible.

Il y a Paul, fils de médecin, engoncé dans une famille rigide et pleine de principes.  Ses résultats ne sont pas brillants mais son père l’inscrit malgré lui dans une école pour préparer médecine, à Paris… Croyant sans doute le punir ou de moins le laisser sur les rails de la vie qu’il a décidé pour lui, c’est finalement une porte vers la liberté pour ce jeune homme homosexuel qui rêve d’être acteur.

Rodolphe est le politique de la bande. Son père, ouvrier communiste convaincu, l’a plongé dedans dès son plus jeune âge . Très enthousiaste par le changement qui s’opère avec l’arrivée des socialistes au pouvoir, il veut faire carrière dans ce domaine…C’est grâce à sa petite amie Alice, fille d’un entrepreneur aux amis bien placés qu’il peut y entrevoir un avenir.

Tanguy a perdu son père très jeune . Il a du s’impliquer dans l’usine familiale et depuis il veut absolument réussir, en se mettant une pression démesurée .  Très brillant, tout comme Rodolphe, il n’obtient « qu’une » mention bien . Il veut intégrer une grande école, faire une carrière, quitte à en oublier l’essentiel.

Et puis il y a Benoît, orphelin élevé par ses grands parents, qui a l’inverse de ses camarades ne veut absolument pas quitter son coin de Bretagne. Recalé, il préfère tout arrêter pour travailler. Il a un vrai talent pour la photo, et en surprendra plus d’un par son évolution.

On les retrouve ensuite 30 ans plus tard dans une deuxième partie, à la veille de l’élection de François Hollande… découvrant ainsi ce qu’ils sont devenus.

 

J’avoue que ce roman m’a beaucoup plu dans sa première partie : roman d’apprentissage où l’on suit ces garçons à la sortie du lycée avec leurs convictions et leurs envies. Ils ont tous quelque chose d’intéressant et de touchant, des failles et des qualités, des espoirs surtout. C’est aussi le roman d’une époque où l’arrivée de Mitterrand annonçait un vrai changement, où les difficultés des entreprises et le chômage débutent à peine, où le Sida fait son apparition. J’ai un peu moins aimé la deuxième, bien qu’il ai été très intéressant de voir ce qu’ils sont devenus. C’est peut être ça d’ailleurs qui m’a un peu déçu, ce qu’ils sont devenus. A part Benoît, qui est sans doute le personnage que j’ai préféré, les garçons ne sont pas devenus les hommes que j’espérais.

Mais dans l’ensemble, malgré quelques longueurs parfois, ce roman m’a plus par son côté « historique ».  J’étais trop jeune lors de l’élection de Mitterrand, mais je me souviens quand même des réactions dans mon entourage…J’ai pu comprendre un peu mieux cette époque si proche et que pourtant je connais mal.

 

challenge rentree litteraire 2014http://deslivresdeslivres.wordpress.com/2014/06/05/challenge-1-pave-par-mois/

http://ennalit.canalblog.com/archives/2014/10/01/30172389.html

Catégorie Matière  ligne 2

Publicités

7 réflexions sur “Le Bonheur National Brut – Francois Roux

    • Et bien c’est justement sur les passages plus « politiques » que j’ai trouvé quelques longueurs, mais ça a le mérite d’être bien documenté (moi ça ne m’intéresse pas trop en ce moment 😉 ) et il n’y a pas que ça heureusement.

    • En fait je suis sortie de ma lecture plutôt enthousiaste, toute la première partie est vraiment bien, mais j’ai mis du temps à lire la deuxième (à cause de mon agenda, pas du texte), et il m’a été plus difficile de rentrer dans certains passages. Je pense que c’est un roman qui mérite qu’on lui accorde du temps et qu’on ne doit pas poser et reprendre trop souvent (pas facile avec un tel pavé). C’est au moment d’écrire ma chronique, après l’avoir un peu « digéré » que finalement j’ai été plus modérée.
      Alors même si on y parle un peu trop de politique à mon goût, cela reste quand même un bon premier roman, enfin à mon avis.

  1. Pingback: Challenge 1 pavé par mois : livres lus en décembre | des livres, des livres !

  2. Pingback: Liste des participants Challenge 1 pavé par mois | des livres, des livres !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s