Passé imparfait – Julian Fellowes

 

 

Ce n’est pas sans surprise que notre narrateur, auteur connu, reçoit une lettre de Damian Baxter qu’il n’a pas vu depuis près de 40 ans après une soirée mémorable au Portugal, d’où ils se sont quittés fâchés. Malgré cela, l’invitation l’intrigue et la curiosité est la plus forte. Il se rend donc chez lui et découvre un homme immensément riche, mais terriblement seul et surtout malade…Ses jours sont comptés et il n’a pas d’héritier. Il lui demande de l’aider à retrouver l’auteur d’une lettre non signée lui signifiant sa paternité, et qu’il suppose être une de leurs connaissances communes de l’époque .

Malgré de grandes réticences, et surtout une rancoeur encore présente, il se lance tout de même dans cette recherche. Elles sont 6 à pouvoir être celle qu’il cherche, 6  jeunes filles de leur cercle d’amis qu’il n’a pas revu depuis l’époque pour certaines, ou seulement de temps à autre pour d’autres.

Sa quête nous ramène à la fin des années 60, où les aristocrates perdent un peu de leur superbe et de leur influence face à une jeunesse qui rêve de liberté et de non conformisme.

 

Mis à part le fait que j’aime toujours autant les romans britanniques, surtout lorsqu’ils sont bien ancrés dans un milieu et une époque,  j’avoue qu’ici  j’ai d’abord cédé à l’appel de la couverture, ou plutôt du bandeau : « Par le créateur de Downton Abbey ». Et c’est d’autant plus fort que je n’ai pas vu cette série (ne cherchez pas à comprendre, il n’y a rien d’objectif là dedans 😉  )

Bref, beaucoup de points positifs, et vu que l’auteur vient du milieu qu’il décrit, mieux il a l’âge du narrateur, la crédibilité n’en est que renforcée. D’ailleurs certains passages sont largement inspirés de ses souvenirs de sa propre Saison 68.

Et je me suis lancée dans ce pavé…et je l’ai lu en 3 jours !!!!!! J’ai adoré.

 

Le roman débute par cette invitation plus que surprenante . Notre narrateur n’a pas revu Damian Baxter depuis plus de 40 ans et on apprend très vite qu’il le déteste. Bien sur il nous faudra attendre le dénouement pour comprendre. Cet appel l’intrigue et il décide d’y répondre. Qu’est devenu le jeune Damian Baxter, qui issu d’un milieu plus populaire, a tout fait pour s’introduire dans la « bonne » société anglaises de la fin des années soixante et surtout de s’y faire accepter .  Aujourd’hui il a réussi financièrement, mais loin de tout ça : il est immensément riche et vit dans un manoir magnifique de la campagne anglaise. Mais il est aussi totalement seul et gravement malade.

On découvre qu’il a reçu une vingtaine d’années plus tôt, une lettre signée « le dindon de la farce », lui laissant entendre qu’il aurait un enfant. Il demande son aide à notre narrateur car lui seul peut l’aider. En effet c’est lui qui a présenté Damian à tout ce cercle d’amis lors de la Saison 68, la mère de l’enfant est forcément l’une de leurs amies communes de l’époque…

Notre narrateur part donc à la recherche des 6 femmes qui pourraient être l’auteur de cette lettre. Il est resté en contact avec certaines d’entres elles, mais finalement peu, après cette fameuse soirée au Portugal où tout à basculé. Par ce moyen nous découvrons les jeune femme d’alors mais aussi ce qu’elles sont devenues… Nous rencontrons également le jeune Damian Baxter, ses efforts pour se faire accepter face à un milieu un peu sclérosé qui vous ferme les portes pour un « Cher monsieur » au lieu d’un « Sir ».

C’est également le récit d’une époque, d’un milieu qui perd de son influence.  Toutes ces jeunes femmes à priori de bonne éducation, ont toutes cédées à Damian…on sent qu’elles étouffent un peu . D’ailleurs leur évolution à toutes est plutôt surprenante et elles ont toutes eu un enfant très jeune, dont l’un d’entre eux pourrait être celui de Damian.

Cette quête de l’héritier est également pour notre narrateur une façon de revenir sur son passé, de faire sa propre introspection. C’est assez émouvant et parfois même assez dur . On ne revient pas impunément sur son passé, il y a quelques surprises, quelques déceptions…

J’ai vraiment beaucoup aimé ce roman. D’abord on sent que l’auteur maîtrise son sujet. Il a fait partie de cette génération, donc non seulement il la connaît bien, mais en plus il peut avoir un regard critique dessus. Alors c’est parfois assez drôle, caustique aussi . Il se moque de certain,  dont son narrateur. Mais c’est aussi un nostalgique d’une époque et d’un milieu…

 

http://deslivresdeslivres.wordpress.com/2014/06/05/challenge-1-pave-par-mois/http://surmesbrizees.wordpress.com/2014/06/21/challenge-pave-de-lete-le-reretour/http://passion-livre.over-blog.com/article-challenge-god-save-the-livre-recap-juillet-2014-124322510.html

Publicités

4 réflexions sur “Passé imparfait – Julian Fellowes

  1. Pingback: Liste des participants Challenge 1 pavé par mois | des livres, des livres !

  2. Pingback: Challenge 1 pavé par mois : livres lus en octobre | des livres, des livres !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s