Les invasions quotidiennes – Mazarine Pingeot

 

Joséphine, trentenaire parisienne, récemment séparée, mère de deux jeunes garçons et auteur de livres pour enfants, se débat dans son quotidien entre un futur ex-mari envahissant qui s’incruste régulièrement pour déverser son lot de reproches, une machine à laver récalcitrante, une colonie de poux, un banquier fatigué de ses découverts et un nouvel éditeur qui tient son avenir entre ses mains.

Peu soutenue par sa propre mère qui semble toujours lui reprocher elle aussi quelque chose, elle navigue à vue en interrogeant ses anges gardiens (Kant et comparses), donne des cours de philo, prépare ses prochaines histoires, et tente de rester zen au milieu de ce capharnaüm.

 

 

S’il y a une chose qui me fait plaisir, c’est de rire quand je lis…Et là j’ai ri, beaucoup . Quel personnage cette Joséphine !

C’est un doux mélange et je suis passée par plusieurs états avec elle. Elle m’a fait rire donc, ça c’est incontournable. Auteur reconnu de livres pour enfants aux héros animaliers malades ou handicapés, professeur de philo (tiens ça me rappelle quelqu’un) plus à l’aise dans ses conversations avec les philosophes morts qu’avec ses semblables, ne se refusant pas un petit verre de temps en temps, elle a une façon de traverser les événements toute particulière, limite borderline. L’épisode de la machine à laver est absolument désopilant .

Ensuite elle m’a attendri, énormément, quand elle est avec ses enfants, encore petits finalement, elle gère.

Et puis je l’ai plainte, d’avoir une mère aussi nulle (du haut niveau), un ex mari aussi c…Celui là ne semble pas avoir compris ce que veut dire « séparation », se pointe toujours au mauvais moment, passe son temps à se plaindre et a même le culot de tenter un retour assez pitoyable…Et contrairement à Joséphine qui fait toujours très attention de ne rien dire de désobligeant devant les enfants, il prend un malin plaisir à critiquer tout ce qu’elle fait, tout en l’appelant Charlotte (à cause d’une vieille anecdote familiale qui reste un peu comme une écharde dans les souvenirs d’enfance de Joséphine)

Alors évidement elle a quand même un peu un don pour se mettre dans des situations improbables, et j’ai eu plusieurs fois envie de l’interpeller pour lui dire : non, ne fais pas ça…. Quand on ne reçoit pas sa pension, est ce vraiment raisonnable de s’acheter un manteau ou des chaussures de créateurs ? Mais comment ne pas avoir de l’empathie pour cette femme confrontée au quotidien, peu mise en valeur au sein de son cercle intime, au bord de la dépression, en manque d’inspiration au pire moment ?

 

Voilà un roman qui m’a beaucoup plu, vous l’aurez compris. Joséphine, c’est la bonne copine qu’on pourrait toutes avoir, ça pourrait être moi (heu pas sur tous les points quand même 😉 ) . Et puis ça m’a fait plaisir de lire Mazarine Pingeot dans ce registre. C’est assez réussi car la qualité de son écriture se mêle à un style de littérature assez léger, j’adore.

 

 

Publicités

Une réflexion sur “Les invasions quotidiennes – Mazarine Pingeot

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s