22/11/63 – Stephen King

Albin Michel – 944 pages

images

.

Nous sommes en 2011, dans le Maine. John Epping, jeune prof au lycée de Lisbon Fall, a pour habitude de déjeuner dans un « diner » dont les prix défient toute concurrence : le Fat Burger qui se trouve dans une caravane en aluminium et dont le patron, Al est son ami. Un jour, celui ci l’appelle en urgence car il doit lui parler. John se rend alors au diner et découvre Al mourant, rongé par un cancer fulgurant alors que la veille il allait parfaitement bien. Al lui confie alors son secret : au fond de la caravane se trouve une fissure temporelle . 

Il arrive à le convaincre de remplir une mission à sa place : retourner vivre dans le passé, y rester jusqu’en 1963 afin d’éviter l’assassinat de Kennedy et tout ce qui en a découlé …. en gros « changer l’Histoire »

.

J’avoue que j’ai un avis mitigé en ce qui concerne Stephen King. C’est un écrivain incroyable, mais je ne suis vraiment pas fan de certains de ses romans car ils me fichent la trouille. Pourtant j’avais beaucoup aimé : Rita Hayworth et la rédemption de Shawshank (nouvelle tirée du recueil : Différentes Saisons et adaptée au cinéma sous le titre « Les évadés« ) , ainsi que sont incroyable « Ligne verte« , donc je reste toujours très attentive à ce qu’il publie.

Cette année impossible de passer à côté des commémorations de l’assassinat de Kennedy. D’ailleurs nombreux romans ou essais ont fleuri à cette occasion. Alors lorsque j’ai vu qu’il nous proposait un roman sur le sujet, j’y ai jetté un oeil. En constatant qu’il abordait le thème du voyage dans le temps et ses conséquences, thème qui me fascine, je n’ai plus hésité, malgré les 944 pages !

J’ai mis beaucoup de temps à le lire, mais je l’ai dégusté. J’ai vraiment bien aimé la découpe du livre : des grandes époques  divisées en chapitres relativement courts. Le rythme que cela donne m’a vraiment plu. J’ai pu le prendre et le reposer, lire quelques pages quand j’avais 10 minutes devant moi sans me retrouver perdue. Ou m’y plonger pendant des heures sans lassitude.

On se rend vite compte que l’assassinat de Kennedy est finalement assez anecdotique, c’est le but de la mission, mais les enjeux sont très différents. John a sa propre conscience, sa propre histoire. Alors il veut profiter de cette opportunité pour faire quelques changements qui lui semblent nécessaires, éviter des événements ou des drames qui ont touché des personnes importantes pour lui. Il faut savoir qu’il y a un élément important : s’il découvre en revenant en 2011 que ce qu’il a fait n’a pas eu d’impact positif, il lui suffit de retourner une nouvelle fois au fond de la caravane et de recommencer : il se retrouve à chaque fois le 9 Septembre 1958 au même endroit, tout est effacé. Cela lui donne donc une marge de sécurité. Mais c’est à double tranchant, car s’il rate quelque chose il faut recommencer tout ce qu’il a fait. De plus il continue à vieillir…s’il reste 5 ans, il vieillît d’autant… Et puis l’Histoire ne se laisse pas faire ….

John est également un être humain, avec ses sentiments. Et l’amour frappe n’importe où…compliquant beaucoup les choses. Il doit également faire sans la technologie des années 2000, il doit mentir, faire sans cesse attention à ce qu’il fait pour ne pas avoir à recommencer…

C’est donc un véritable coup de coeur pour moi qui aime cette période de l’Histoire, ainsi que le thème abordé. Je me suis régalée, c’est vraiment très bien documenté, c’est foisonnant. Il y a beaucoup de personnages et pour autant je m’y suis vraiment bien retrouvée . Les vies s’imbriquent, les conséquences des actes ne sont pas anodines. Et ce que j’ai aimé par dessus tout, c’est l’ambiance et la capacité de King à me faire entrer dans cet univers fantastique avec une facilitée déconcertante. Cet homme sait raconter des histoires ! Dès que j’ouvrais le livre, je me retrouvais aux côtés de John, je visualisais parfaitement bien ce qu’il voyait. J’ai été complètement séduite par John, car je l’ai trouvé très « normal », avec ses qualités  et ses faiblesses. Ni un super héros, ni un looser.

C’est vraiment le genre de livre que j’apprécie énormément, un autre coup de coeur estival 😉

Challenge paves de l'ete 2013

Categorie nombre

Catégorie nombre

Publicités

8 réflexions sur “22/11/63 – Stephen King

  1. voilà bien longtemps que je n’ai pas lu le grand King, que je vénérais il y a encore peu de temps! il faudrait que je m’y remette, d’autant que je lis beaucoup de choses positives sur ce titre!

  2. Pingback: Challenge Pavé de l’été : c’est l’heure du BILAN ! | Sur mes brizées

  3. Pingback: Challenge Petit Bac : bilan 2013 et saison 2014 | Val bouquine...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s