[Les livres de P’tit Loup] – D’où vient le sel de ma salière ?

De 5 à 8 ans

Textes : Sophie Bordet-Petillon

Illustrations : Hélène Convert

c

Du sel de la salière au sel de la mer

Comment met-on le sel en boîte ? D’où vient le sel ? Où est-il récolté ? Utilise-t-on seulement le sel de cuisine ? 

Pour comprendre le monde, un enfant observe, questionne et pose de nouvelles questions à partir des réponses qu’on lui donne. 

Aujourd’hui, un enfant a plus souvent l’occasion de saler ses frites que de voir un paludier récolter le sel dans sa saline. C’est pourquoi l’auteur, Sophie Bordet-Petillon, a choisi de remonter le fil de ses questions… du produit fini (le sel) vers son origine (la mer).

cc

Voilà tout l’intérêt de cette collection, elle reprend la logique de l’enfant et répond aux questions qui découlent des explications de l’adulte. Ici : « D’où vient le sel de ma salière ? « . C’est donc par la salière que nous commençons le documentaire : au coeur de l’usine nous suivons le sel brut jusqu’aux grands sacs pour les professionnels (boulanger, fromagers..) ou jusqu’aux boîtes verseuses pour la maison. A la fin de l’explication, une nouvelle question : D‘où vient ce sel ?….

….des tas géants…et ainsi de suite : les salines, la récolte du sel à la main, à la machine, les conditions pour avoir du sel, de la mer à la saline, du sel ailleurs que dans la mer…etc jusqu’à son utilisation dans la nature puis à la maison.

Petit bonus à la fin : comment faire un bonhomme en pâte à sel !

cc

Voila un livre très bien fait et qui change de ce que nous avons l’habitude de lire, j’ai beaucoup aimé l’angle choisi et les illustrations : des photos se mêlent aux dessins, des petits personnages interviennent…. Grâce aux explications numérotées, claires et simples, on passe d’une illustration à une autre en apprenant le parcours du sel. C’est très intéressant et ludique = duo gagnant. Pour moi, un livre documentaire réussit, c’est celui que mon P’tit Loup s’approprie, celui qu’il aime nous raconter : « maman tu sais ceci, tu sais cela ? » Ici ça marche !!!

Mon premier Exploradoc  : une collection déjà bien complète avec de nombreux titres tels que : » D’où vient le coton de mon tee-shirt ? Ma compote vient d’une fleur . Qu’y a t’il dans mon pain? D’où vient le miel de ma tartine ? »…et bien d’autres.

A découvrir

DSCF8075

A l’encre russe- Tatiana de Rosnay

Editions Héloïse d'Ormesson

Editions Héloïse d’Ormesson

cc

Nicolas Kolt est un jeune écrivain à succès. Son premier roman “L’enveloppe” est un best seller international, écrit alors qu’il n’était encore que Nicolas Duhamel, ce jeune homme marqué par la disparition en mer de son père lorsqu’il était enfant . A 24 ans, en voulant refaire son passeport, il découvre les origines russes de ce dernier. Profondément affecté il entreprend un voyage pour découvrir son histoire familiale. Cette histoire sera à l’origine de son roman et du phénoménal succès qu’il a reçu.

Parti quelques jours en Italie avec sa petite amie du moment, espérant trouver enfin l’inspiration pour son nouveau livre, il revient sur son parcours et ce qu’il est devenu…

cc

Comme vous le savez, je suis une grande fan de Tatiana de Rosnay, alors autant vous dire que son nouveau roman était attendu.

Nicolas Kolt est un personnage finalement assez détestable. Le succès de son roman lui est monté à la tête et depuis 3 ans, il passe plus de temps sur les réseaux sociaux à indiquer la couleur de sa chemise ou le menu servi en première que sur son prochain manuscrit, pourtant déjà largement payé par son éditrice qui redoute de le voir partir à la concurrence. En gros il a surfé sur son succès mais il n’y a rien derrière.

Ses proches ne sont pas dupes d’ailleurs. La femme qu’il aime l’a quitté  et son meilleur ami refuse de lui parler…

C’est dommage de voir ce qu’il est devenu car c’était plutôt quelqu’un de bien.

D’ailleurs j’ai beaucoup aimé Nicolas Duhamel. Le fait d’avoir grandi sans père, dont le corps n’a jamais été retrouvé, les questions sans réponse, l’espoir qu’il réapparaisse et puis finalement la révélation qu’il ressent presque comme une trahison le rendent touchant. Il est également touchant dans la découverte de ses origines, même si parfois un peu excessif dans ses réactions avec son entourage. J’ai particulièrement aimé lorsqu’il raconte son « pèlerinage » en Russie.

Je n’ai pu m’empêcher d’imaginer Tatiana de Rosnay faisant le même voyage pour récupérer les papiers faisant foi de sa nationalité française puisque c’est cette anecdote qui est à l’origine de ce livre. (Cette loi me paraît totalement improbable, si elle ne l’avait vécue je n’y aurais pas cru).

De cette histoire Tatiana et Nicolas ont écrit chacun leur roman…

J’ai également beaucoup aimé le clin d’œil de l’auteur pour sa grand-mère dont elle a donné le nom «Koltchine » au père de son héros, et puis clin d’oeil aussi aux personnages de ses autres romans « Angèle » et « Rose », filles de Margaux, l’héroïne de Nicolas…

Un roman dans un roman, des histoires communes entre « les auteurs » et « leurs héros ». Les dangers du succès quand on prend la grosse tête, l’impact des réseaux sociaux, les secrets de famille…. Et toujours l’écriture de Tatiana de Rosnay que j’affectionne particulièrement.

Cependant, pas de coup de cœur cette fois, à cause de la fin que je n’ai pas aimée, ou plutôt, je n’ai pas compris pourquoi ce choix. Je ne peux pas vous dire pourquoi sans vous la dévoiler, mais j’ai eu l’impression qu’elle n’appartenait pas à l’histoire. Mais encore des personnages qui resteront dans mon esprit un bon moment.

Challenge-anglaischallenge-le-nez-dans-les-livres

[Jeunesse/YA] – Entre toi et moi – Stephen Emond

Albin Michel - Wiz - 368 pages

Albin Michel – Wiz – 368 pages

Evan et Lucy ont grandi dans la même ville et fréquenté la même école depuis tout petits. Ils se connaissent par cœur. Ils peuvent passer des heures à discuter et dessiner à 4 mains une BD qui les emmène dans un pays imaginaire.

Depuis la séparation des ses parents il y a 5 ans, Lucy vit en Géorgie avec sa mère. Elle vient tous les ans passer les fêtes de Noël avec son père et retrouve Evan  et leur complicité sans faille, comme s’ils s’étaient quittés la veille.

Mais cette année Lucy a changé. Elle semble préoccupée, maussade. D’ado relativement classique la voilà devenue gothique. Pour Evan qui n’arrive à avoir aucune explication et ne parvient pas à communiquer avec elle, l’incompréhension est totale. La « nouvelle Lucy » le désarçonne.

Les deux amis, dont les sentiments leurs jouent également des tours, vont tenter de se retrouver pendant les deux semaines de ces vacances.

c

Stephan Emond est à la fois auteur de bandes dessinées et de romans pour ados. Dans ce roman graphique, il réuni ses deux passions autour d’un thème universel : l’amitié entre garçon et fille peut elle se poursuivre au delà de l’enfance ?

Evan est un ado plutôt normal. Il travaille bien à l’école, vit dans une famille unie et a de bons copains. Si son père lui met un peu la pression pour entrer dans une université prestigieuse, il sait qu’il peu y parvenir sans problème. Sa passion pour le dessin et la BD reste un hobby.

Lucy par contre a une vie de famille plus instable. Ses parents vivent à plusieurs milliers de kilomètre l’un de l’autre et elle manque de repères. Petite, elle était plutôt classique et bout en train.

Quand elle arrive cette année, morose, avec piercings et cheveux corbeaux, on se doute qu’il a du se passer quelque chose.

La communication ne passe plus. Evan ne comprend pas la « Nouvelle Lucy », mais est ce que Lucy se comprend elle même ? Elle traîne pas mal de casseroles et fini par reprocher à Evan son coté trop sage. Heureusement leurs souvenirs et leur BD à 4 mains maintiennent le faible lien qui reste…mais jusqu’à quand ?

Voici un roman que j’ai plutôt bien aimé. D’abord par sa forme : un roman graphique, donc beaucoup d’illustration à la fois de l’histoire mais aussi des planches de la BD d’Evan et Lucy.

Ensuite, le thème : l’amitié entre fille et garçon peut elle effectivement supporter le passage à l’adolescence ? La distance ? Le fait de se voir uniquement 15 jours par an ?

Si la vie n’a pas été tendre avec Lucy, ce qui explique finalement sa « rébellion », on se rend compte que la pression subie par Evan pour faire des études est énorme et difficile à gérer également. Il a de grandes facilitées pourtant son père ne le lâche pas des vacances afin qu’il fasse son devoir d’histoire (simple formalité pour Evan alors pourquoi tant de rappels ?) Cependant Evan est heureux ainsi, mais Lucy va déposer le germe du doute sur son avenir.

Un roman aux personnages attachants avec lequel j’ai passé un très bon moment.

Challenge Jeunesse :YA -2

[Les livres de P’tit Loup] – Collection Kididoc 2-4 ans chez Nathan

Pas besoin de vous redire à quel point les Kididocs sont appréciés à la maison. Voici les 4 derniers numéros sortis. A peine reçus, déjà lus et même emmenés à l’école pour un « Show and Tell » ! Quand je vous dit qu’on adore.

c

Si vous connaissez un peu les Kididocs, vous savez qu’il en existe plusieurs collections en fonction des âges, sinon vous voilà au courant ;-). Celle ci s’adresse aux P’tits loups de 2 à 4 ans.

Vive l’école !

Illustrations : Marion Piffaretti

« Un documentaire interactif pour les 2/4 ans sur le thème de l’école maternelle et des matières pour découvrir la salle de classe, le dortoir et la cour de recréation »

2013-04-16 10.15.39

c

Grrr ! Les dinosaures

Illustrations : Marion Billet

« Un livre animé avec des matières à toucher pour explorer le territoire des dinosaures et étudier les caractéristiques des diplodocus, des tricératops et des autres créatures du Crétacé. »

2013-04-16 10.15.12

c

Pirates en vue !

Illustrations : Deborah Pinto

« A l’abordage ! Le petit lecteur accompagne les pirates dans leur périple ; il doit choisir le drapeau qui servira à effrayer l’ennemi et aider le mousse et le capitaine au cours de leurs missions. Prêts à devenir un moussaillon ? »

2013-04-16 10.16.03

c

Oh ! Les jolies petites bêtes 

Illustrations : Mélanie Combes

« Un livre ludique et colore pour découvrir la vie des insectes et des petites bêtes qui vivent à nos pieds. Les fourmis, les coccinelles, les escargots et les sauterelles n’auront plus aucun secret pour les tout-petits ! »

2013-04-16 10.16.22

ccc

cc

Ces 4 volumes ont particulièrement plu à mon p’tit bonhomme avec une mention spéciale pour celui sur les dinosaures (comme c’est étonnant !) et celui sur les petites bêtes (« Ho maman je peux l’emmener pour faire un « Show and Tell ? » – c’est à dire une présentation à ses copains de la nursery)

Ce qui me (nous) plaît dans ces albums, c’est qu’ils sont vraiment bien ciblés au niveau de l’âge . Ici pour les 2-4 ans, on trouve de jolies illustrations, des matières à toucher, des fenêtres à soulever, des roues à tourner (pour changer la couleur du drapeau pirate par exemple), ou des éléments à faire bouger. L’album a une taille adaptée (19X19) avec des pages cartonnées bien solides.

Bon évidement, il faut surveiller que les plus petits n’y aillent pas trop fort quand ils manipulent les fenêtres par exemple, mais le reste est plutôt résistant. Les textes sont bien faits, quelques lignes très simples, faciles à retenir et qui délivrent les informations visibles sur la page et invite l’enfant à participer. Il apprend ainsi des tas de choses.

Et puis que voulez vous, quand mon P’tit Loup vient me raconter son album en m’expliquant tout ce qu’il a découvert, l’air très sérieux, vous savez avec des phrases qui commencent par :  » Tu sais maman les dinosaures ceci, ou les coccinelles cela… » et bien moi je suis ravie et fière 😉

Petit essai assassin sur la vie conjugale – Kyra Dupont Troubetzkoy

Editions Luce Wilquin - 219 pages

Editions Luce Wilquin – 219 pages

Marie Juillard a 35 ans. Récemment mariée à Paul Rocagel, elle attend un « heureux événement »,  a un sens de l’organisation à toute épreuve, a souvent (toujours ?) raison et compte bien le faire savoir. Mais la machine se dérègle un peu… Après une lune de miel pour le moins ratée, le futur héritier s’avère être une héritière, Paul  tournerait un peu beauf et ses hormones la transforment en Terminator….En gros c’est pas gagné pour la suite.

 

Avant de commencer, il faut savoir que je n’ai pas lu ce livre par hasard. J’ai rencontré Kyra au sein de la rédaction du webzine pour lequel je m’occupe de la rubrique « livre du mois ». Après quelques échanges, j’apprends qu’elle a écrit un livre, « plutôt léger mais pas que… » Evidemment je suis tout de suite tentée et le lui fait savoir. Très gentiment son éditrice me donne un exemplaire. Juste avant de l’ouvrir, petite appréhension, vais-je être objective ?  Dans ma tête c’est clair si je n’aime pas, je ne chronique pas.

Donc vous l’avez compris, j’ai aimé ! J’avoue que Marie m’est d’abord apparue comme une bobo gentiment cinglée que ses proches doivent avoir du mal à suivre. Puis au fur et à mesure, elle m’a embarquée. Il faut dire qu’elle n’hésite pas à dire ce qu’elle pense, et ce bien sur amplifié par des hormones en folie, ce qui n’aide pas vraiment. Les piques fusent et aussi bien son mari, sa famille, belle-famille que ses copines en prennent pour leur grade.

A travers une trentaine de petits chapitres sans chronologie, parsemés de ci de là de quelques flashbacks, Marie nous raconte sa vie depuis sa rencontre avec Paul lors d’un vernissage.

J’ai ri, beaucoup au point que mon mari me demande « mais qu’est ce que tu lis ? », parfois un peu jaune aussi. Oui moi aussi j’ai pensé tuer les membres de la Leche League et les fausses bonnes copines soit disant bien intentionnées. Je me suis retrouvée dans bien des situations similaires pendants ma grossesse. Heureusement mon mari ne s’est pas passionné pour les jeux télé et n’a pas proposé de faire un trek  au 5ème mois. Mais je l’ai imaginé une ou deux fois à ma place et ça, Kyra nous le sert d’une façon hilarante.

Et puis pour cette folle de l’organisation, rien ne va comme prévu et là encore on ri beaucoup, on grince des dents parfois…

Alors évidemment, je n’ai pas pu m’empêcher de me demander quelle part d’autobiographie Kyra a bien voulu y mettre. En tout cas si tout ne vient pas d’elle, ça sent le vécu et c’est pour ça que c’est très drôle. Mais au delà de ça elle pointe aussi du doigt notre société qui veut tout programmer, les working-girls qui pensent pouvoir tout contrôler et finalement nous montre que la vie ce n’est pas ça, l’imprévu aime se glisser partout.

Un petit roman aux accents de Chick lit « mais pas que » qui a une petite saveur supplémentaire si on a vécu une grossesse.

 

Je lirai très volontiers son prochain livre, un docu fiction beaucoup plus sérieux : Le hasard a tout prévu qui sort le 13 mai prochain.