Le Doux Venin des Abeilles – Lisa O’Donnell

« Aujourd’hui, c’est la veille de Noël. Aujourd’hui, c’est mon anniversaire. Aujourd’hui, j’ai quinze ans. Aujourd’hui, j’ai enterré mes parents dans le jardin. Personne ne les regrettera. »

Marnie, 15 ans et sa petite sœur Nelly vivent à Glasgow avec leurs parents Gene et Izzy, deux alcooliques et drogués notoires. Vivent ou plutôt vivaient, parce que maintenant ils sont tous les deux morts et enterrés sous la bruyère du jardin. Hors de question que la disparition de ces deux incapables change quelque chose à la vie des filles. D’ailleurs tout le monde se fiche pas mal de ce qui peut leur arriver. A part peut être le dealer de leur père qui veut récupérer son argent, et puis Lennie, le voisin, un vieux monsieur homosexuel qui vit seul avec son chien depuis la mort de son compagnon. Il s’intéresse au sort des filles et les prend sous son aile, s’accommodant du « voyage à Istanbul » qu’elles servent à tous ceux qui cherchent Gene et Izzy.

Lennie leur apporte un peu de stabilité, mais celle ci est menacée lorsque leur grand-père maternel réapparait après plusieurs années et  veut récupérer la place qu’il ne mérite absolument pas dans la famille.

J’ai plutôt bien aimé ce roman à trois voix dans l’ensemble mais je dois dire qu’il est assez particulier.

Marnie a 15 ans. Elle est plutôt douée à l’école, mais a un comportement déplorable. Habillement, façon de s’exprimer, sexualité précoce… Elle a tout de la gamine qui a grandi trop vite et qui a vu des choses qu’elle n’aurait pas du : ses parents défoncés, les abandonnant souvent plusieurs jours …des camés dans toute leur déchéance.  Elle joue à l’adulte forte que rien de touche.

Nelly, la plus jeune semble dans un autre monde. Elle s’exprime avec un vocabulaire extrêmement chiadé qui lui vaut les foudres de Marnie qui la pense un peu dérangée. Je pense surtout qu’elle s’est créée un monde parallèle pour s’en sortir. Elle refuse de grandir, de se faire des amis et l’idée même de plaire la révulse. C’est un petit génie du violon qui cherche désespérément à avoir une vie normale, avec une famille normale.

Lennie est le voisin. Il vit seul depuis la mort de son compagnon et semble être le seul à se rendre compte que les filles sont abandonnées à leur sort. Intelligemment il les invite à diner, puis leur propose de rester dormir. Il tente de leur redonner un semblant de structure mais la tache est rude, surtout avec Marnie que la vie a déjà bien amoché. Mais il s’en sort plutôt pas mal vu ceux qui gravitent autour d’elles et voit d’un très mauvais œil l’arrivée opportune du grand père des filles.

Lisa O’Donnell a pris le parti d’utiliser 3 styles d’expression vraiment très différents pour ces trois personnages. Mais autant cela a bien fonctionné pour moi avec Lennie (style correct d’une personne d’un certain âge, cultivé) et Nelly (style très ampoulé qui agace tout le monde mais pose bien le personnage), autant je n’ai pas du tout adhéré à celui de Marnie (pas de négation, trop oral, trop ado mal dégrossie) …ca m’a gêné parce que je ne la vois pas comme ça, surtout que je sais qu’elle est brillante. Ou bien c’est une forme de provocation…mais ce n’est pas plaisant à lire.

Sinon j’ai été touchée par les destins de ces protagonistes. Ils ont un instinct de survie certain. On s’attache à eux et on espère une fin plus joyeuse malgré un grand nombre d’embuches. Et je dois dire que les filles s’en sortent plutôt bien malgré les parents et l’enfance qu’elles ont eus.

Dernière remarque, je pensais que ce roman était destiné aux (grands) ados. Apparemment c’est du roman adulte selon l’éditeur. Pour jeunes adultes alors 😉

 Catégorie animal

Catégorie animal

Publicités

[Les livres de P’tit Loup] – C’est toi qui choisis !

 

Dès 5 ans (et même avant)

Auteur : Pippa Goodhart

Illustrations : Nick Sharratt

images

 

Un album magique pour s’inventer des vies !

Si tu pouvais aller partout, choisir ta famille, ton métier, tes passions, ta maison, ton lit, ton pays, ça ressemblerait à quoi ? Au fil des pages, observe toutes les vies possibles et fais ton choix !
Un album presque exclusivement graphique, fourmillant de détails, qui invite l’enfant à pointer du doigt, à imaginer, rêver… et à rire.

 

Voici un album qui a eu un très grand succès dès son arrivé à la maison, aussi bien auprès de mon lutin que de son papa ou de moi. Le principe est simple, sur chaque double page une question est posée à l’enfant : Dans quelle maison aimerais-tu habiter ? Dans quel lit aurais-tu envie de t’endormir ? Et grâce à une multitude d’illustrations très sympas et très colorées, il peut s’imaginer des réponses plus rigolotes les unes que les autres . D’ailleurs je me demande bien où je vais caser le dinosaure qu’il aimerait pour animal de compagnie ? Peut être dans la maison soucoupe volante qu’il voudrait habiter quand il se sera habillé avec une armure de chevalier ….

Il y a une infinité de possibilités, l’imagination marche à plein régime grâce à cet album et je passe toujours un très bon moment avec p’tit Loup. Ça change un peu des histoires que je commence à connaître par cœur.

Une très belle réussite et un grand coup de cœur. Je vous laisse quelques photos, avec entre autre celle de la page de garde qui est assez amusante.

 

DSCF8062 DSCF8061 DSCF8060

Les trois saisons de la rage de Victor Cohen Hadria

Voici un livre dont j’avais pas mal entendu parler l’année dernière, notamment parce qu’il a reçu le Prix des libraires, mais aussi parce qu’il faisait partie de la sélection de Prix des lecteurs du Livre de Poche 2012. Deux bonnes raisons pour moi de le lire, alors je l’ai pris lors de la dernière réunion de club de lecture.

Le Livre de Poche - 378 pages

Le Livre de Poche – 378 pages

Dans la Normandie du XIX siècle, un médecin de campagne, le Dr Le Coeur nous raconte à travers son journal les mœurs et coutumes de l’époque.  Veuf depuis quelques années, il vit seul avec une servante plutôt jeune, Honorine, qui était au service de son épouse et dont il n’a pas eu le courage de se séparer au décès de celle-ci. Ses enfants sont grands, mariés, l’un expatrié en Amérique, l’autre mariée a un homme qu’il méprise. En cette période où les vaccins commencent à faire leur apparition, il tente de comprendre comment la Rage se propage et passe son temps libre à écrire une thèse sur le sujet. Mais c’est sans compter sur un soudain retour de vigueur qui lui fait un peu perdre la tête …il faut dire qu’après un période de deuil assez longue il se rend compte qu’il ne laisse pas la gente féminine indifférente.

 

Voici un livre assez particulier que j’ai plutôt bien apprécié. Il s’articule autour de plusieurs parties .

Dans le prologue, une jeune femme se trouve dans une maison où nous comprenons à demi-mots qu’un drame s’est joué. Elle quitte le bureau de son père en emportant des lettres et un cahier, dans quelques jours elle prendra le bateau pour l’Amérique.

La première partie dévoile le contenu des lettres. Nous somme en 1859 et la France entre bientôt en guerre contre l’Italie. De nombreux jeunes gens partent pour effectuer cette campagne. Il s’agit d’une correspondance entre le Dr Rochambeau, Médecin-Major dans l’armée française à son confrère le Dr Le Coeur. Il souhaite aider son ordonnance Brutus Délicieux, illettré, à communiquer avec sa famille et sa fiancée. Il souhaite que le Dr Le Coeur fasse l’intermédiaire, ce qu’il fait d’ailleurs.

Nous apprenons que le jeune Brutus a accepté de prendre la place d’un autre jeune homme du village contre une forte somme d’argent, fortement bienvenue pour sa famille. Il s’est engagé pour 5 ans sans se rendre compte de ce que cela impliquait.

A travers ces lettres nous découvrons une vie de campagne difficile et ingrate où tout s’achète pourvu qu’on ait les moyens.

Dans le cahier, nous trouvons le journal du Dr Le Cœur. A travers une suite d’anecdotes, il nous raconte ses journées, ses tournées, ses recherches, ses amours… Un véritable constat de la médecine et de la vie à la campagne de l’époque. On découvre les prémices de la médecine moderne, mais également les certitudes, les superstitions, la magie noire…tout cela se mélange au détriment de la santé publique. Il écrit une sorte de thèse sur la Rage qui ravage le pays et ses conclusions sur le sujet, mais également sur d’autres, sont parfois un peu particulières pour le lecteur du XXIème siècle que nous sommes.

Et enfin dans l’épilogue, nous retrouvons la jeune femme du prologue, après sa lecture, ainsi que le dénouement de l’histoire dont elle donne les détails dans une lettre au Dr Rochambaud.

Au début je me suis un peu demandé où on allait. J’ai pensé que si tout le livre était fait d’échanges de lettres, je n’irais sans doute pas jusqu’au bout. Mais cette partie se termine, de façon assez surprenante d’ailleurs.

Nous découvrons alors le journal du Docteur Le Cœur et j’ai commencé à bien accrocher. J’ai trouvé très intéressant tout ce qui concernait la médecine, l’hygiène etc… un peu moins toutes ses conquêtes ;-). Par contre il faut bien garder en tête qu’il s’agit d’un journal et non d’un récit.

La fin m’a vraiment prise… par surprise, je ne m’y attendais pas. Mais finalement le puzzle se met en place et je me suis dit : « Ah mais voilà pourquoi….. »

Un récit vraiment très intéressant, le style colle bien à l’époque. Bon je ne veux pas dire qu’on retrouve le style de nos classiques, mais on voit que le Docteur est érudit. Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu ce genre là et ce n’est pas désagréable  de retrouver le phrasé d’antan, ainsi on est tout à fait dans l’époque.

challengeQuatreSaisons

Alvin Ho : Allergique aux filles, à l’ecole et à tout ce qui fait peur – Lenore Look

Un petit roman jeunesse au titre original qui m’avait tapé dans l’oeil.

Tourbillon – 172 pages

Dès 7 ans

Illustrations de LeUyen Pham

Alvin est un petit garçon qui a peur de tout. Enfin, qui est « allergique à tout : au noir, aux filles et surtout, à l’école. Impossible d’ouvrir la bouche quand il est à l’ecole. Pourtant il y arrive très bien dans le bus scolaire, dans la rue et à la maison !! Il essaie de prendre exemple sur son frère Calvin mais ça ne marche pas vraiment bien. D’ailleurs ce dernier pense que c’est parce qu’il parle trop à la maison 😉

Un petit roman assez amusant pour les jeunes lecteurs qui veulent se lancer dans une lecture un peu plus complexe mais largement accessible, parsemé de nombreuses illustrations plutôt sympas. J’ai bien aimé Alvin avec ses listes et sa boîte de secours. Il est étonnant car très déluré et imaginatif à la maison, mais plus un son ne passe dès qu’il franchit la porte de l’école, même dans la cour de recré. Il fait des listes pour tout : comment se faire des amis, se sortir de situations difficiles….

Il ne se rend même pas compte qu’il a déjà une amie : Puce….. Ah mais non pardon, Puce est une fille !!!!!!!

Jeunesse - Catégorie Prénom

Jeunesse – Catégorie Prénom

Challenge Jeunesse :YA -2

[Les livres de P’it Loup] – L’ogresse poilue de Fabienne Morel et Deborah Di Gilio

J’avais choisi ce livre d’abord parce que j’aime avoir le CD avec les histoires, ensuite parce que j’étais curieuse de découvrir cette ogresse, moitié Shrek, moitié Grizzly !

 

Dès 4 ans

Auteurs   :  Debora Di Gilio et Fabienne Morel
Illustrations  :  Nathalie Choux

Partie rechercher une poêle chez sa grand-mère afin que sa maman puisse lui faire des crêpes, une petite fille croise en chemin une méchante ogresse verte et pleine de poils. Elle lui dit où elle se rend et poursuit son chemin. Mais l’ogresse emprunte un chemin plus court et arrive avant elle chez la grand-mère…..

Une version italienne assez originale du fameux conte « Le Petit Chaperon Rouge », ici le loup est remplacé par une ogresse, toute aussi féroce, verte et …poilue. Elle a du poil aux mains, du poil au pied, du poil à la poitrine et…. du poil derrière qui lui fait une grande queue.

Quand j’ai eu cet album en main, je me suis dit, mon Dieu qu’elle est moche cette ogresse. Mais mon lutin a adoré. Il n’a pas été perturbé une seconde quand l’ogresse croque la grand-mère, et recrache ses dents et ses oreilles, puis les met à cuire.

Le gros plus de ce livre, c’est le CD. Pour deux raisons . D’abord parce que je peux mettre l’histoire à mon P’tit Loup au moment de la sieste ou le soir, il adore avoir des CD pour s’endormir. Et ensuite parce que ce conte est agrémenté de chansons,  donc c’est bien de les entendre pour pouvoir ensuite les rechanter. L’histoire est racontée par les deux auteurs, duo connu sous le nom de Huile d’olive et Beurre salé et c’est très sympa.

Maintenant mon p’tit loup connaît l’histoire par coeur (le CD y est pour beaucoup je pense), il me la raconte,  et il me chante les chansons à  tue-tête. Il faut dire qu’elles sont rigolotes. La dernière a un franc succès :

Quand tu veux faire ta gourmande

Prends garde à toi, méchante ogresse

Y a des filles qui sont malignes,

Prends garde à toi, méchante ogresse

Chaque fois qu’elles voient une ogresse

Même pas peur de ses grosses fesses

Elles ont bien plus qu’une idée….

Pour pas glisser dans sont gosier !

Une collection à suivre !

Heather Mallender a disparu – Robert Goddard

J’avais beaucoup aimé « Par un matin d’automne » et c’est donc avec  beaucoup de plaisir que je me suis lancée dans ce roman de cet auteur qui décidément me plaît beaucoup.

 

Heather Mallender, jeune femme dépressive suite au décès de sa sœur dans un attentat, se rend à Rhodes pour tenter se remettre d’une rechute, loin de sa vie habituelle en Angleterre. Elle séjourne dans la villa d’Alan Dysart, homme politique en vue et ancien patron de sa sœur et y rencontre Harry Barnett, la cinquantaine, célibataire et alcoolique, à la fois ami de Dysart et gardien de la maison.

Ils s’entendent plutôt bien. La veille de son départ, Heather insiste pour aller se promener sur le mont Profitis Ilias . Harry n’a pas envie de monter, il propose de l’attendre mais elle disparaît.

Suspecté dans un premier temps par la police de Rhodes qui pense à une dispute qui aurait mal tourné, puis libéré faute de preuves et sur l’intime conviction du commissaire, il tente alors de comprendre ce qui a pu arriver à Heather. En rangeant les affaires de cette dernière, il tombe sur un ticket de photographe : les 24 dernières photos prises par Heather. Il se rend compte qu’elles pourraient lui permettre de comprendre ce qui c’est passé.

De retour en Angleterre après 9 ans d’absence, il refait le même chemin qu’elle et reconstitue petit à petit le puzzle. Un puzzle complexe où il croise certaines connaissances, où le passé semble cacher beaucoup de choses et où sa loyauté est mise à rude épreuve…

 

J’ai vraiment beaucoup aimé ce livre. Une fois encore Robert Goddard a su m’embarquer avec lui dans son histoire. Ce roman est très diffèrent du précédent, mais tout aussi dense et tortueux. On pense enfin tenir une piste et elle vole en éclat avec un rebondissement inattendu. Le suspense m’a tenu tout au long des presque 600 pages.

Dans son parcours pour retrouver Heather, Harry se rend compte qu’il est également un maillon de la chaine des évènements qui ont amenés à cette disparition. Tous les personnages sont finalement plus ou moins liés.

Persuadé qu’Heather est en vie, il va jusqu’au bout de ses intuitions, mais il découvre qu’il y a un certain nombre de squelettes dans les placards. Il pourrait tout à fait lâcher l’affaire et retourner à Rhodes vivre sa petite vie tranquille loin de cette Angleterre pleine de mauvais souvenirs, mais il sent qu’il doit aller jusqu’au bout, pour Heather mais aussi ne serait-ce que pour lui même.. . Et plus il avance, plus les révélations se bousculent, il ne peut finalement plus reculer il sait trop de choses…

Un thriller très réussi comme je les aime, et j’attends avec impatience le prochain : «Le secret d’Edwin Strafford » qui doit sortir en mars toujours chez Sonatine.

Challenge-anglais

Challenge Thrillers et Polars

Catégorie Prénom

Catégorie Prénom

Challenge God Save The Livre – Edition 2013

Fière de ma réussite de l’an dernier 😉 , je me relance dans ce challenge qui est centré sur une littérature que j’affectionne particulièrement.
Challenge organisé par Antoni (Passion Livres) avec les mêmes conditions que les années précédentes : Peu importe le style ou le genre littéraire que vous choisirez à partir du moment où le livre est signé d’un auteur britannique (de naissance ou naturalisé) et comporte un minimum de 80 pages.

Il court jusqu’au 31 janvier 2014.

Voici les catégories :

Catégorie Dirty Harry : un livre lu.

Catégorie Queen Mom : au moins un livre lu en VO.

Catégorie Prince Charles : cinq livres lus.

Catégorie Prince William : dix livres lus.

Catégorie Lady Di : quinze livres lus.

Catégorie The Beatles : vingt livres lus.

Catégorie Sharon : au moins mille livres lus ( qui ne connait pas Sharon ne peut pas comprendre mais manque quelque chose !!!)

Je m’inscris en Prince William et Queen Mom.