Les âges sombres – Karen Maitland

J’avais très envie de lire ce livre, un thriller historique se passant au moyen-âge, mais j’avoue que ce roman chorale, qui m’a beaucoup plus, m’a posé quelques soucis pour vous proposer un résumé tant il est dense.

 

1321 : Dans le petit village d’Ulewic, à l’est de l’Angleterre, un groupe de Béguines venu de Flandres s’est installé. Aidant les plus pauvres en leur prodiguant nourriture et soins, elles sont pourtant assez mal vues et on leur met facilement tous les malheurs du monde sur le dos .

Le Seigneur local:  Lord Robert  d’Acaster, est un être détestable, pourri jusqu’à la moelle, qui ne cherche qu’à engraisser sa bourse en réclament des impôts sur tout. De même, l’Eglise accule ses paroissiens en leur demandant de payer pour le moindre sacrement. Son représentant : Père Ulfried, débarqué là suite à une affaire de moeurs l’impliquant, est tiraillé entre sa foi , ses penchants inavouables et les ordonnances de d’Acaster et de l’évêque  de Norwich.

Entre crainte de Dieu, du Diable et restes de croyances païennes, le village survit difficilement en cette période de mauvaises récoltes. Il est de plus terrorisé par les Maîtres-Huants, hommes déguisés en chouettes qui se servent des anciennes superstitions pour semer la terreur .

 

Voici un roman très intéressant mais très complexe. Un personnage différent devient le narrateur à chaque nouveau chapitre. Heureusement, on trouve en début de livre une liste des personnages principaux et je dois avouer que je m’y suis beaucoup référé. C’est très pratique pour tout mettre en place, car entre les béguines qui s’appellent toutes « Martha » quelque chose (servante Martha, guérisseuse Martha….), celle qui change de prénom lors de son entrée, plus les gens du village, de l’Eglise et du Château….il faut suivre.

C’est un livre très dense, très noir et pessimiste, mais aussi très documenté. La misère est à son paroxysme : mauvaises récoltes, temps exécrable, inondations, épidémies …auxquels s’ajoutent des taxes insensées comme celle pour le repos de l’âme pour pouvoir enterrer quelqu’un au cimetierre.

Les superstitions et les rites païens cotoient la peur du Diable mais aussi de Dieu. Et c’est assez terrible de voir comment l’Eglise et le Seigneur se servent de cela pour s’enrichir.

La peur de l’etranger est très présente . Les béguines sont très mal vu et craintes. Ce ne sont pas des nonnes, mais la plupart sont très croyantes. Ces béguinages étaient tres peu fréquent en Angleterre ; ils ne sont pas parvenus à s’y implanter contrairement à d’autres pays d’Europe. Et il n’y  a qu’un pas, vite franchi pour les accuser ces femmes d’être responsables de tous les maux. Paradoxalement c’est vers elles que les villageois se tournent pour mendier un peu de nourriture et quelques soins.

A l’interieur de la communauté, la jalousie et les rencoeurs se développent de plus en plus. Il faut savoir que ces femmes sont arrivées là suite à un événement particulier : veuvage, agression, rejet de leur famille. Certaines n’ont pas pas eu le choix, et c’est donc bien difficile de cohabiter quand la communication ne passe plus, que l’incompréhension s’installe.

Il s’agit donc d’un roman que j’ai vraiment bien aimé, mais il faut s’y plonger vraiment. La foison de personnages et d’événements le rend difficile à chroniquer, et donc à vous donner envie, mais si vous aimez  les thrillers historiques , il devrait vous plaire .

Publicités

2 réflexions sur “Les âges sombres – Karen Maitland

  1. Pingback: Challenge Thrillers et Polars – Bilan et suite…. | Val bouquine...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s