La vie contrariée de Louise – Corinne Royer

J’avais choisi ce livre car je suis toujours attirée par les récits de ce genre, comment les gens ont réagi pendant la dernière guerre, quelles conséquences pour aujourd’hui…

 

A la mort de son père, James Nicholson apprend qu’il a une grand-mère française. Il quitte les Etats-Unis pour la rencontrer, mais appréhendant quelque peu, il tarde à se rendre à son rendez-vous.

Arrivé à la maison de retraite, c’est trop tard, Louise vient de mourir.

Pour seul testament elle lui laisse un cahier rouge, sorte de journal intime écrit pendant sa jeunesse. Incapable d’affronter cette lecture, James demande à Nina, serveuse à l’hôtel où il est descendu, de bien vouloir lui lire. 10 pages par jours seulement.

Il découvre alors que pendant l’Occupation la petite ville de Chambon-sur-Lignon, de confession protestante,  a été un lieu de refuge pour des centaines de juifs et plus particulièrement des enfants, et que Louise encore jeune fille a participé à tout cela, le coeur partagé entre ses « Petits Poucets » et son amour pour Franz.

 

 

J’ai beaucoup aimé ce roman, il m’a profondément touché. Dans un premier temps j’ai été un peu surprise par le style. C’est un roman qu’il faut s’approprier. Une fois entrée je n’en suis plus sortie, pas même après l’avoir terminé. J’ai vraiment beaucoup aimé l’histoire qui se mêle à L’Histoire, le choix de Louise pour la transmettre , celui de James pour l’entendre.

J’ai été très émue par le rendez-vous manqué de James avec Louise et totalement scandalisée par le personnel de la maison de retraite qui lui reproche son absence, et lui fait bien savoir qu’elle l’a attendu, longtemps, depuis toujours en fait. Il reste silencieux, digne…, il n’essaye même pas de leur expliquer qu’il ne connaissait pas l’existence de Louise quelques jours auparavant. Il culpabilise de ne pas être venu directement. J’ai trouvé la réflexion sur les orangettes parfaitement cruelle (quelle c…e cette bonne femme).

James laisse les gens dire et ne décide de rester que pour découvrir sa grand-mère par la lecture de Nina. Cette dernière, que l’on prend pour une jeunette frivole et intéressée, se prend au jeu et fini par se demander si toute verité est bonne à dire, à lire ici en l’occurrence.

J’ai adoré rencontrer les personnages, ces « Justes » qui ont sauvés des centaines de vies et cela le plus naturellement du monde. Et j’ai egalement beaucoup aimé le choix des personnages qui gravitent autour de James : Nina, Pierre, Antoine, Alice, Gerlou … et la façon dont Corinne Royer tisse des liens entre tous. Ceux du passé, ceux du présent, chacun à sa place dans l’engrenage de la vie.

Une magnifique histoire. Un vrai coup de coeur vous l’aurez compris.

Petit plus : j’ai adoré le marque page reprenant la couverture 😉

Catégorie Prénom

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s