Par un matin d’automne – Robert Goddard

Encore un livre pioche dans le catalogue Sonatine. Un secret de famille, trois epoques, un fond historique et tout cela a la sauce british : les ingredients etaient la pour me plaire.


Sonatine - 453 pages

 
 
Fin des années 1990. Leonora Galloway entreprend un voyage en France avec sa fille. Toutes deux ont décidé d’aller à Thiepval, près d’Amiens, au Mémorial franco-britannique des soldats décédés durant la bataille de la Somme. Le père de Leonora est tombé au combat durant la Première Guerre mondiale, mais la date de sa mort gravée sur les murs du mémorial, le 30 avril 1916, pose problème. Leonora est en effet née près d’un an plus tard. Ce qu’on pourrait prendre pour un banal adultère de temps de guerre cache en fait une étrange histoire, faite de secrets de famille sur lesquels plane l’ombre d’un meurtre jamais résolu et où chaque mystère en dissimule un autre. Le lecteur est alors transporté en 1914 dans une grande demeure anglaise où va se jouer un drame dont les répercussions marqueront trois générations. Dans ce livre envoûtant à l’épaisseur romanesque exceptionnelle, Robert Goddard allie le cadre et l’atmosphère des plus grands romans anglais, ceux d’Elizabeth George ou de Ruth Rendell, à un sens du suspense et de la réalité historique remarquables.
 

Ce roman se passe sur trois époques. Il debute de nos jours par le voyage de Leonora et de sa fille au memorial de Thiepval, dont le but est de lui raconter son histoire.

Narratrice de la première partie, elle parle de son enfance. Orpheline (son père est mort a la guerre « un peu trop tot » par rapport a sa naissance, et sa mère peu de temps apres), elle est elevee par son grand père paternel et la jeune femme de celui ci, Olivia, dans leur maison familiale de Meongate en Angleterre.

Elle sait peu de chose sur ses parents et ses questions restent sans reponses.

A la mort de son grand pere, Leonora decouvre une Olivia diabolique, jalouse et prete a tout pour de l’argent. Des qu’elle le pourra, c’est a dire quand elle rencontrera son futur mari, elle quittera Meongate et l’emprise qu’Olivia exerce sur elle.

Dans la deuxieme partie, le narrateur change. Franklin, un ami du pere de Leonora se presente chez elle apres la mort d’Olivia afin de lui devoiler ce qu’il s’est passe l’annee precedent sa naissance : un meurtre, un suicide…sur fond de 1ere Guerre Mondiale. Petit a petit, les secrets et les nons-dits vont etre devoiles et Leonora aura enfin la reponse a ses questions.

J’ai beaucoup aime ce roman. Le qualifier de policier est un peu reducteur a mon sens (sans vouloir denigrer le genre, que j’adore). Ici pas de serial killer mais une enquete « familiale ». Bien sur il y a un meurte et une enquete policiere, mais au dela il y a une description tres detaillee d’une epoque et de personnages, et ce dans une ambiance tres anglaise.

C’est un melange de haine, d’amour, de choix et de leurs consequences.

Un tres beau roman, j’aimerais beaucoup en lire d’autres de cet auteur.

 
 Livre lu dans le cadre du Challenge God Save the Livre d’Antoni  

Publicités

11 réflexions sur “Par un matin d’automne – Robert Goddard

  1. Ouh là, là !! Je sens que je vais l’adorer celui-là !! En plus, il semblerait qu’il soit sorti en poche au mois de janvier mais comment ai-je fait pour ne pas le repérer ?!

  2. Le mémorial de Thiepval, rien que ça me donne envie de lire ce livre !!! C’est le « Monstre » dont il est question dasn un de mes livres préférés « Derrière la colline » de Xavier Hanotte qui relate la bataille du 1e juillet 1916. Bon, un polar qui se passe dans ce contexte-là, qui nous mène en Angleterre et qui est paru en poche, alors là… je craaaaaaque !!

  3. Attention, Derrière la colline n’est pas un polar, hein ! C’est l’histoire d’un jeune homme anglais, poète ddéchiré, qui a connu un chagrin d’amour et s’engage dans un régiment de « Pals » (des copains) pour échapper à ses rêves et à ses blessures, et il fait connaissance d’un jardinier engagé en même temps que lui. L’histoire d’une amitié et d’une bataille terrible de 1916. Et autre chose que je ne peux te révéler…

  4. Pingback: Challenge God save the Livre fin et ….suite « Val bouquine…

  5. Pingback: Challenge "God Save the Livre" | Val bouquine...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s