Loving Frank – Nancy Horan

J’ai achete ce livre apres avoir vu « Le magazine de la sante », ou Marina Carrere d’Encausse en faisait une critique dithyrambique. Je ne connaissais pas du tout le travail de Franck Lloyd Wright, le titre du livre et l’histoire de cette femme qui lache tout pour suivre cet homme me faisait plus penser a du Cartland qu’autre chose. Mais si Marina aime alors je m’interroge…. les personnages ont existe donc voyons.

Buchet-Chastel 540 pages

 
Au début du XXe siècle, la bonne société de Chicago resta foudroyée par le soufre d’un scandale sans précédent.
Pour l’amour éperdu d’un homme, une femme osa l’impensable et commit l’irréparable. Elle en paya le prix toute sa vie. Elle s’appelait Mamah Borthwick Cheney. Lui n’était autre que Frank Lloyd Wright, l’enfant génial et rebelle de l’architecture américaine à qui Mamah et son mari Edwin Cheney avaient demandé, en 1903, de construire leur nouvelle maison. En 1909, tombée entre-temps follement amoureuse du célèbre architecte, Mamah choqua une époque pudibonde et dévote en quittant son mari et ses deux jeunes enfants pour suivre Frank Lloyd Wright en Europe. Ce dernier, tout aussi épris, laissait derrière lui une Amérique stupéfaite, une épouse et six enfants… Enchaînés par la passion, mais hantés par une culpabilité intolérable, ils firent la une de la presse américaine durant leurs séjours en Allemagne, en Italie et à Paris, lors de la grande crue de 1910…
Mais aucun journal à sensation n’aurait pu prévoir ce qui adviendrait à ce couple maudit de retour aux États-Unis, en 1914. La violence du dénouement verra – au-delà du déchirement des familles Cheney et Wright – le monde pétrifié.
Pour la première fois nous est contée l’histoire de l’émancipation très en avance sur son temps de Mamah Borthwick, et de son amour pour l’un des plus grands maîtres de l’architecture moderne.

1903, Edwin et Mamah Cheney font appel au nouvel architecte en vue : Franck Lloyd Wright pour faire construire leur maison de Oak Park.

Mamah est une jeune femme intelligente et cultivee. Elle a fait des etudes, parle plusieurs langues depuis la maternelle  et a déjà pas mal voyage. A cette époque c’est extremement rare. Elle a epouse Edwin plus par convention que par amour. Meme si elle l’apprecie et le respecte, et qu’elle a tout ce qu’une femme (de l’epoque) peut rever, elle s’ennuie a ses cotes.

La rencontre avec Franck Lloyd Wright, marie et pere de six enfants, va bousculer sa vie. Il la comprend, encourage son envie d’independence et de liberte. Mamah veut etre autre chose qu’une mere et une epouse.

Elle resiste pendant plusieurs mois puis succombe et s’enfuie avec Franck en creant ainsi un immense scandale qui sera relate dans la presse et les suivra  jusqu’en Europe.

Malgre des moments de remord, elle reste aupres de lui. Car en plus de l’amour, c’est sa liberte qu’elle cultive a une époque ou la place de la femme dans la societe est inexistante. Elle fait ses propres choix, est evidemment tres attire par le feminisme, et cherche a tenir un role dans la diffusion de ce mouvement en traduisant les ouvrages d’une auteure qu’elle admire.

Mamah et Franck rentrent aux Etats Unis après plusieurs annees. L’accueil est glacial, on n’est pas surpris. Edwin, qui a refait sa vie, accepte de la laisser voir leurs enfants regulierement et Mamah tente d’apprendre a les connaitre. Elle se rend compte egalement de tout le mal qu’elle a fait autour d’elle en abandonnant sa famille.

Frank fait construire une demeure : Taliesin, mais ses affaires l’en eloigneront tres souvent laissant Mamah seule pour gerer le domaine. Son absence aura des consequences terribles.

Autant j’ai eu du mal avec la personnalite de Frank Lloyd Wright que j’ai trouve imbu de sa personne, irrespectueux envers ses fournisseurs , egoiste, persuade que son genie pardonne tout, autant Mamah m’a touchee. Tres en avance sur son temps, elle fait des choix qu’elle assume jusqu’au bout et va les payer tres cher.

Nancy Horan nous dresse un superbe portrait de femme, servie par une belle ecriture, des chapitres courts qui donnent un rythme captivant. Mamah est un personnage qui restera aussi longtemps dans ma memoire, et meme si je n’approuve pas ses choix, je dois admettre que nous devons certains de nos acquis a des femmes comme elle.

J’ai hate apres ca de lire le livre T.C. Boyle : Les femmes, qui raconte la vie de Franck Lloyd Wright vu par un etudiant en architecture japonais qui a travaille a ses cotes.


Publicités

4 réflexions sur “Loving Frank – Nancy Horan

  1. Belle présentation,je me tâtais également pr l’acheter(vient de sortir en poche dc pas trop de regret si décevant) mais tu en fais de telles éloges que je viens de l’inscrire sur ma wishlist…Perso ,j’avais trop peur de rentrer ds les « détails » de la vie d’un architecte ac ts les détails techniques et apparemment,il n’en est rien.Merci et dès que je l’ai lu….je t’en parle.Bàt.

  2. Je me le suis acheté en poche il n’y a pas longtemps (la couverture est moins belle). Merci pour l’info sur le sujet du T.C. Boyle : j’attendrai de lire ton avis aussi ! (De cet auteur, j’avais lu il y a longtemps Water music : quel souvenir extraordinaire !)

  3. Comme je viens juste de l’acheter en livre de poche car je n’en ai entendu que des éloges ; ton article semble le confirmer. Je suis donc satisfaite de mon achat.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s