L’homme qui voulait vivre sa vie – Douglas Kennedy

 

Exemple typique du livre qui perd la moitie de son interet a la lecture de la quatrieme de couverture. A se demander si les maisons d’edition realisent. Donc surtout si vous avez cette edition ne la lisez pas. J’ai mis la description d’amazon que j’ai un peu edulcore et qui en devoile moins.
Relecture avant de visionner le film. Je ne me souvenais pas du tout de l’histoire, et curieusement rien ne me revenait au fur et a mesure.

L'homme qui voulait vivre sa vie

Belfond - 343 pages

 
 
 
 
Ben Bradford est un modèle de réussite sociale. De la pression parentale cherchant à le détourner de ses ambitions artistiques, il a fait le moteur de son ascension vers les hautes sphères de Wall Street. Ben Bradford lutte, et pourtant, il est bien obligé de se rendre à l’évidence : « réussir », « le plus américain des verbes », le fait vomir. Ce n’est pas avec fierté qu’il pose son regard sur la somme de ses possessions, mais en détaillant chaque objet par le menu, connaissant son prix au dollar près, contraint d’admettre que sa frénésie de consommation dissimule mal un terrible besoin de se sentir exister. Sa luxueuse banlieue l’oppresse et croule sous l’épaisse couche de vernis de l’american way of life qui ternit pourtant un jour à la faveur d’une sordide histoire d’adultère.
 
 
 
 

Prenez un jeune couple qui vient d’avoir un deuxieme enfant et qui n’a pas connu une vraie nuit de sommeil depuis plusieurs semaines. Ajoutez des frustrations anciennes et des rancoeurs non exprimees, un soupcon de trahison et vous obtenez une cocotte minute au bord de l’implosion, et c’est a ce moment la que le destin s’en mele…..

On pourrait mepriser cet homme qui a reussi, gagne bien sa vie mais qui est incapable d’assumer les choix qui l’ont fait arriver la, mais l’auteur fait une telle description de ses sentiments qu’on se surprend a le comprendre. De plus le personnage de Beth est assez antipathique et immature, faisant des choix surprenants pour fuir toute confrontation, alors on s’attache malgre tout a Ben qui semble etre la seule personne un peu sympa de cette banlieue New Yorkaise.

Je ne dirai rien de la suite, je vous laisse decouvrir, a part qu’une fois encore Douglas Kennedy nous montre tout son talent d’ecrivain dans la description de la vie de province et de ses habitants.

Par contre j’ai ete un petit peu decue par la fin. Je l’ai trouvee trop rapide, elle m’a laisse un gout d’inacheve…

Je vais donc desormais pouvoir visionner le film , curieuse de voir l’histoire transposee en France, avec Romain Duris que j’adore.

 
Publicités

11 réflexions sur “L’homme qui voulait vivre sa vie – Douglas Kennedy

  1. Il y a très peu de temps qu’il fait partie de ma PAL ; l’adaptation au ciné avec Romain Duris que j’aime beaucoup n’y est pas pour rien. J’espère qu’il ne restera pas trop de temps dans ma bibliothèque que je puisse ensuit voir le film car ma devise est la lecture du livre en premier et la visualisation du film en second. A+.

  2. je n’ai lu qu’un seul titre de l’auteur, « Piège nuptial » (ou « Cul de sac ») et j’avais vraiment beaucoup aimé! mais il n’est à priori pas représentatif de ce que fais l’auteur, j’ai donc bien envie d’en lire d’autres!

  3. Ce livre m’avait plu mais ce n’est pas mon préféré de l’auteur que j’aime beaucoup par ailleurs. Quant au film, transposer le Montana en Serbie ne m’a pas convaincue et ne me donne pas trop envie… Peur d’être déçue.

  4. Bienvenue dans la blogosphère des fous de la lecture… J’espère que tu t’y plaira… Je te souhaite une très bonne continuation !
    De Douglas Kennedy j’ai sur ma PAL « Une relation dangereuse » mais je ne l’ai pas encore lue.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s